Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

La transition numérique actuelle participe au dérèglement climatique, alerte un rapport

Marion Garreau ,

Publié le

La consommation d’énergie du numérique augmente de 9% par an selon un rapport publié jeudi 4 octobre par The Shift Project, un think tank sur la transition carbone. Sans rendre notre transition numérique plus sobre, la part du numérique dans les émissions de gaz à effet de serre pourrait doubler pour atteindre les 8% en 2025.

La transition numérique actuelle participe au dérèglement climatique, alerte un rapport
Les datacenters, gloutons en énergie.
© Flickr c.c. Alcatel-Lucent

Certains pensent que regarder une vidéo sur leur smartphone n'a pas d'impact environnemental, d'autres voient dans le numérique un outil pour réduire nos consommations d'énergie. Si les premiers ont assurément faux, les seconds pourraient bien se tromper également. Un rapport publié jeudi 4 octobre par The Shift Project, un think tank sur la transition carbone, a quantifié l'impact environnemental du numérique. "La transition numérique telle qu'elle est actuellement mise en œuvre actuellement participe au dérèglement climatique plus qu'elle n'aide à le prévenir", conclue-t-il.

"La tendance actuelle à la surconsommation numérique n'est pas soutenable", résumait encore lors de la présentation du rapport Hugues Ferreboeuf, de The Shift Project et pilote du groupe d'experts qui a travaillé 18 mois sur ce rapport – dans lequel le numérique englobe les réseaux de télécommunications, les centres de données et les terminaux (télévision, smartphone, ordinateur, …) de leur production jusqu'à leur usage.

Sur la période 2015-2020, "la consommation énergétique du numérique dans le monde augmente de 9% par an", affirme le rapport. Elle a représenté 2,7% de la consommation mondiale d'énergie en 2017, contre seulement 1,9% en 2013. A scénario inchangé, cette part pourrait grimper à 4,5% d'ici 2025. Elle dépasserait même les 6% si les progrès constatés en matière d'efficacité énergétique se mettaient à ralentir.

Bientôt autant de CO2 émis par le numérique que par l'Inde ?

Autre chiffre clé : la part du numérique dans les émissions mondiales de gaz à effet de serre est passée de 2,5% à 3,7% de 2013 à 2017. Si rien n'est fait, elle pourrait encore doubler pour atteindre 8% en 2025 … soit autant que le secteur automobile aujourd’hui. "Le numérique devrait émettre en 2020 autant de CO2 que l’Inde en 2015, pour la totalité de son 1,3 milliard d’habitants consommant essentiellement des énergies fossiles", pointe encore ce rapport, qui s’appuie sur 170 études rédigées entre 2014 et 2018.

Pour autant, le scénario peut être moins noir... si nous optons pour une "transition numérique sobre". "En changeant nos modes de consommation, nous pouvons stabiliser la hausse de la consommation énergétique du numérique à son niveau actuel", estime Hugues Ferreboeuf, tout en pointant le fait que ce ne serait toujours pas suffisant pour respecter les objectifs de maintien du réchauffement climatique à 2 degrés pris lors de l'Accord de Paris.

Pour une sobriété numérique

Parmi les actions proposées : réduire la fréquence de renouvellement des équipements numériques dans les sphères privées et économique, généraliser dans les entreprises une offre de smartphones capables de cumuler un usage professionnel et personnel, réduire au maximum le partage de documents par mail au profit d'un partage via une plateforme connectée.

Afin de pousser les acteurs politiques et économiques à s'engager vers une consommation plus sobre, le rapport propose un Référentiel environnemental du numérique (REN) qui donne des ordres de grandeur de l'énergie consommée et des matières premières mobilisées pour la production et l'utilisation des technologies numériques courantes. "Nous avons par exemple évalué que le partage de documents via une plateforme en ligne consomme 80% d'énergie de moins que celui par l'envoi de mails avec pièces jointes", explique Maxime Efoui-Hess, qui a participé à l'élaboration du rapport. Même les petites actions peuvent avoir un grand impact.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle