Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La stratégie nationale de recherche en IA en 4 chiffres-clés

Manuel Moragues ,

Publié le

La stratégie française de recherche en intelligence artificielle a été présentée mercredi 28 novembre par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, et le secrétaire d’Etat au Numérique, Mounir Mahjoubi. Présentation en cinq chiffres clés.

La stratégie nationale de recherche en IA en 4 chiffres-clés
La stratégie française de recherche en intelligence artificielle a été présentée ce 28 novembre.

De l’argent frais pour la recherche en IA. A l’occasion de la première réunion du comité de pilotage du plan national sur l’intelligence artificielle qui s’est tenue ce 28 novembre à Toulouse, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, et le secrétaire d’Etat au Numérique, Mounir Mahjoubi ont présenté les efforts engagés en faveur de la recherche.

Une réponse au rapport Villani présenté en mars dernier qui insistait sur l’urgence de renforcer la recherche dans le contexte de la course mondiale qui s’est engagée sur l’IA. Alors que la guerre des talents fait rage, il s’agit en premier lieu de stopper la fuite des cerveaux et de consolider l’expertise française. Décryptage en 5 chiffres

665 millions d’euros

C’est le montant d’argent public que le gouvernement annonce vouloir investir dans la recherche en IA d’ici à la fin du quinquennat, en 2022. Un montant que les ministres espèrent voir accru par les investissements du privé et les fonds européens pour dépasser le milliard d’euros. Le but affiché, pouvoir rivaliser avec les Etats-Unis et la Chine, paraît présomptueux au vu des sommes investies par les deux géants. Mais l’effort de l’Etat est considérable. C’est Inria, l’Institut national de recherche en informatique et automatique, qui coordonnera l’ensemble du programme de recherche. Pour le moment du moins, tous les aspects de l’IA sont couverts, de la recherche sur les algorithmes aux impacts sociétaux en passant par les applications et l’éthique.

10 petaflops

C’est la puissance de calcul du supercalculateur qui sera installé début 2019 par le Genci à Saclay. Cette machine, qui devrait propulser la France à la deuxième place en Europe selon le ministère de la Recherche, était prévue de longue date. Mais elle intégrera, dans le cadre du plan national en IA, une partie dédiée aux calculs d’IA, soit 1 000 processeurs graphiques.

Par ailleurs, des procédures d’accès spécifiques aux infrastructures de calculs vont être établies pour les chercheurs en IA et les équipes support nationales seront renforcées pour faciliter l’utilisation des grandes bases de données et des algorithmes. L’ensemble, en incluant la participation française à l’initiative européenne HPC, représentera un investissement total de 200 millions d’euros d’ici à 2022. Et répond à un besoin crucial de puissance de calcul pour le deep learning.

4 Instituts

Le rapport Villani préconisait la création d’un réseau de 3 à 5 grands instituts en IA censés être les vaisseaux amiraux de la recherche française. 4 Instituts Interdisciplinaires d’Intelligence Artificielle ont été présélectionnés le 7 novembre : Aniti (Toulouse), MIAI (Grenoble), Prairie (Paris), 3IA Côte d'Azur (Nice). Leur éventuelle labellisation n’interviendra qu’en mars ou avril 2019 après examen par le jury d’experts mis en place par le gouvernement. D’ici à 2022, 100 millions d’euros d’argent public leur seront attribués, auxquels s’ajouteront 100 millions des établissements concernés et, espère l’Etat, encore 100 millions de la part du privé. 150 chaires seront créées au sein de ces instituts pour retenir les meilleurs chercheurs français et, si possible, attirer les internationaux.

500 doctorants

Le gouvernement veut doubler le nombre de doctorants formés à l’intelligence artificielle pour atteindre un flux de 500 nouveaux docteurs par an. Outre le renforcement du nombre de doctorants au sein des Instituts 3IA, un appel à candidatures nationales et internationales sera lancé chaque année pour le financement de contrats de thèse, sur tout le territoire, de type CIFRE, avec 50% du financement apporté par une entreprise ou un laboratoire. Par ailleurs, toujours sur tout le territoire, 40 chaires seront lancées via un appel international à candidatures similaire au programme Make our planet great again. Au total, ce seront 190 chaires en IA qui seront créées, contre une douzaine actuellement.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle