Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La robotique innove à tour de bras

,

Publié le

Du 16 au 18 mai, le salon Innorobo a vu s’agiter beaucoup de machines fascinantes aux Docks de Paris (Aubervilliers). L’Usine Nouvelle présente quatre des plus innovantes.

La robotique innove à tour de bras

Argonauts à l’assaut des plates-formes pétrolières

Avec son bras articulé pouvant atteindre 1,3 mètre, Argonauts a remporté le Challenge Argos lancé en 2013 par Total. Il est le premier robot de surface apte à évoluer en atmosphère explosive. Équipé de caméras, de capteurs de gaz et de température et d’un algorithme de localisation, il sera déployé sur les plates-formes pétrolières. En cas d’évacuation, il pourra rester sur place pour identifier la fuite et la réparer. Un gain de temps et de sécurité précieux.
 

Fogale met le robot à fleur de peau

Un bras robotisé équipé d’une pince effectue ses rotations programmées. Quand la main d’un opérateur surgit sur son chemin, il s’arrête net. Ce bras est recouvert d’une peau sensitive développée par la société Fogale Nanotech. Ce film souple, qui peut épouser n’importe quelle forme, repose sur la technologie capacitive utilisée dans tous les écrans tactiles. À une différence près : quand l’écran d’un téléphone portable peut détecter une main ou tout objet conducteur à 1 millimètre, la peau sensitive de Fogale le détecte dès 200 millimètres grâce à une électronique de pointe. Née il y a dix ans, cette technologie n’avait intéressé la robotique que pour les robots médicaux, où l’enjeu de sécuriser la cohabitation homme-machine était déjà très présent. Aujourd’hui, l’essor de la cobotique dans les usines lui offre une nouvelle opportunité.
 

Hercule porte dans l’ombre

En lien avec la Direction générale de l’armement, la société RB3D travaille depuis sept ans sur l’exosquelette Hercule. Dans les premières versions, trois moteurs reproduisaient la mécanique de la hanche, du genou et de la cheville. L’inconvénient : des machines lourdes et aux mouvements peu fluides. RB3D a donc imaginé une nouvelle architecture où les jambes sont des télescopes motorisés, avec des capteurs intégrés aux étriers pour anticiper les déplacements de celui qui revêt l’exosquelette. Hercule, qui peut supporter une charge de 100 kilos, suit alors ses mouvements telle une ombre.
 

Hease accueille et prend les paiements

Au restaurant ou à l’aéroport, Hease reçoit le visiteur, l’oriente et le conseille. Mais ce robot d’accueil a dans sa poche un autre atout, un terminal de paiement. Configuré pour le cinéma, le prototype présenté au salon Innorobo donne le programme et propose aux indécis de voir les avis filmés enregistrés auprès des précédents spectateurs. La séance choisie, il pivote à 90 % pour présenter son terminal. Là, le visiteur peut valider sa carte de fidélité et payer par carte bancaire, avec ou sans contact. Né d’un partenariat entre la société Hease Robotics et le spécialiste des paiements électroniques Worldline, ce premier robot d’accueil acceptant les paiements sera expérimenté sur site à partir de septembre. Hease Robotics vise la commercialisation d’une première série de 100 robots début 2018, puis 1 000 l’année suivante.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle