La retour de la croissance, une simple question de confiance ? En fait, c'est un peu plus grave que cela...

A chacun de ses sorties télévisées ou non, le chef de l'Etat, François Hollande, appelle les Français à retrouver la confiance. Cette harangue, qu'il adresse aux patrons également, semble cependant vaine. Au-delà des réformes qui restent à faire pour susciter cette foi en l'avenir, la société française vit aussi une crise de l'intérêt général. Chacun semble plus préoccupé par la sauvergarde de ses avantages acquis que par l'intérêt général, fondement du modèle social de notre pays.

Partager
La retour de la croissance, une simple question de confiance ? En fait, c'est un peu plus grave que cela...

La confiance, on en parle beaucoup en France. Selon nos politiques, ce serait ce qui nous manquerait le plus pour faire redémarrer l'économie, notre pays aurait tout pour se relancer, il ne lui manquerait que ce brin d'optimisme qui fait l'on regarde un peu moins le présent et un peu plus vers l'avenir. Cette idée est intéressante mais ressemble plus à une incantation, à un raisonnement purement intellectuel qu'à la réalité de ce que vivent patrons et salariés au quotidien. Ceux qui brandissent à longueur d'interviews cette idée, à commencer par le président de la République jeudi 6 novembre, oublient une chose majeure : ce n'est pas la confiance qui crée un environnement favorable mais l'environnement dans lequel on évolue qui suscite la confiance.

Chacun se méfie de l'autre
Si l'on prend l'image d'un couple, la confiance entre les deux partenaires est une construction longue, qui se fait par étapes, en affrontant des épreuves et en apportant des preuves de sa bonne volonté. Ce processus, au final, permet à chacun de compter l'un sur l'autre, de se fier l'un à l'autre. Ce travail, notre pays ne semble plus prêt à le faire. Il s'est installé peu à peu dans un état de défiance généralisée où chaque catégorie de la population peine à comprendre ce que vit l'autre. Les familles ou les patrons se méfient du gouvernement socialiste, les salariés du privé suspectent les fonctionnaires d'avantages acquis indus,ceux qui se lèvent tôt voient chez les chômeurs des assistés, les syndicats chez les patrons des femmes et des hommes avides d'argent... Chacun regarde ainsi "l'autre" en pensant qu'il est mieux servi que lui, qu'il dispose de plus d'avantages. Et le suspecte de se plaindre ou de se battre uniquement pour préserver sa position, ses avantages acquis. Sans soucis du bien commun.

La somme de nos intérêts particuliers ne fait pas l'intérêt général

Au-delà des errements de nos dirigeants politiques, c'est cette suspicion généralisée qui "tue" la confiance. Comme le notait Bruno Frappat dans La Croix, nous avons perdu le sens de l'intérêt général. Nous avons oublié que cet "intérêt général n'est pas l'addition des intérêts particuliers mais quelque chose qui les transcende tous". À ce titre, il est intéressant de voir l'attitude de certains salariés vis à vis de l'assurance chômage. Ils pensent -à tort- que ce système leur permet de faire une pause dans leur carrière arguant du "j'y ai droit, j'ai cotisé !" (* voir note ci-dessous) .

Les mêmes comportements individualistes existent aussi en matière de retraites où quelques secteurs privilégiés, pas seulement la SNCF, renvoient leurs salariés chez eux dès 55 ans (pas que pour des histoires de pénibilité). Tout cela contribue à miner le modèle français en créant d'importantes distorsions dans les traitements, dans les statuts. Ces distorsions (tout à fait légales, soyons clairs) enfantent une France à plusieurs vitesses, une France du chacun pour soi. Et dans un tel contexte, on aura beau souhaité que la confiance revienne, c'est la méfiance a priori qui s'imposera.

Thibaut De Jaegher

* Note : Ce qu'ils oublient, c'est que cette sécurité sociale est une assurance collective. Nous cotisons pour permettre à ceux qui ont subi un accident de carrière de ne pas se retrouver sans ressources et pour y avoir droit, le jour où l'on subira un accident de carrière. Notre système d'assurance chômage n'est pas un système par capitalisation où chacun se constituerait son propre capital pour l'utiliser comme il le désire mais un système basé sur un pot commun dont chacun peut bénéficier en cas de licenciement.

3 Commentaires

La retour de la croissance, une simple question de confiance ? En fait, c'est un peu plus grave que cela...

jeansalwa
10/11/2014 20h:19

Tout à fait d'accord Mais tout passe par les entreprises.Mais surtout par les petites entreprises, pas les multinationales du CAC40 L'association Love Money créée en 1982 tend depuis sa création d'apporter cet état d'esprit autour des entreprises locales en créant un esprit de clocher dans l'intérêt de tous. En effet en devenant actionnaire des entreprises locales ne serait-ce que symboliquement on amorce cet état d'esprit. Je vois pas d'autre moyen pour amorcer un remède à ce que Thibaut De Jaegher observe très justement sans apporter de proposition.

Réagir à ce commentaire
Effix
11/11/2014 12h:34

Thibaut : en visant particulièrement les salariés à la fin de l'article, vous contribuez à la société de défiance dénoncée par Algan et Cahuc, non ? il y a un paquet de choses à dire aussi sur l'entreprise... vous semblez faire une distinction entre défiance et manque de confiance. ce n'est pas lié ? la France a bien un problème de confiance et fierté, comme dit Hollande. on focalise sur nos défaillances et sur les supposés atouts des autres pays. il faut taire nos forces, se flageller. nous avons des "élites" économiques et politiques ainsi que des médias assez médiocres. le French bashing de l'intérieur est probablement plus dur que celui venant de l'étranger. les Anglais, eux, se survendent.

Réagir à ce commentaire
petipetipatron
13/11/2014 09h:38

bonjour à tous,
votre réflexion sur l'assurance chômage et la retraite est très juste et pertinente. L'actualité économique nous montre combien ces systèmes pensés en période favorable de croissance doivent à ce jour être réformés.
Mais nous manquons singulièrement d'explications sur leur fonctionnement : ces systèmes par répartition ne doivent être en aucun cas des systèmes de "rente". En aucun cas, on ne devrait entendre "j'ai cotisé donc j'y ai droit". Si ces systèmes étaient tous régis avec pour objectif l'équilibre budgétaire, une valorisation périodique s'imposerait. Mais quel homme politique va oser s'attaquer à une réforme aussi impopulaire.
Monsieur le Président, votre impopularité est telle qu'elle doit vous permettre de réformer en profondeur notre modèle social pour l'adapter aux exigences actuelles. Nous le savons : vous ne craignez pas l'impopularité. C'est votre force. Courage.

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS