Economie

La résilience de la France : pour que le sursaut français ne soit pas éphémère

,

Publié le , mis à jour le 14/01/2015 À 11H56

La France se surprend elle-même par son extraordinaire réaction pour faire face aux attentas perpétrés les 7, 8 et 9 janvier. Un élan qui pourrait participer à changer le regard que nous portons sur nous-mêmes.

La résilience de la France : pour que le sursaut français ne soit pas éphémère © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

La résilience bien plus que la résistance. Si l’on devait résumer d’un seul mot la réaction du peuple français après les attentats perpétrés la semaine dernière à Paris, c’est sans aucun doute celui qui s’imposerait à notre esprit. Ce terme, qui décrit la capacité de rebond d’un être humain ou d’une organisation après un choc traumatisant, colle parfaitement à ce que chacun d’entre nous nous avons pu vivre en l’espace de 7 jours. Nous sommes passés de la sidération au chagrin puis à la colère avant de nous relever tous ensemble en marchant dans quasiment toutes les villes de France.

Liberté, fraternité

Cette résilience, dès le mercredi 7 janvier, l’équipe de Charlie Hebdo nous montrait la voie en décidant de ressortir, coûte que coûte un journal des survivants. Le soir même, des milliers de Français se rassemblaient silencieusement à Paris et ailleurs pour dire non, pour ne pas se taire face à la barbarie. Puis ce week-end, comme une apothéose, 4 millions de personnes sont descendues dans les rues, sans cohues, sans heurts et sans peur, pour réaffirmer leur attachement aux valeurs de la République : à la liberté (sous toutes ses formes) et aussi à la fraternité en exprimant leur envie de vivre ensemble.

Une classe politique grandie

Plus inattendu, si l’on met de côté le Front National qui semble vouloir jouer sa propre partition, la classe politique dans son entier a affiché aussi une certaine forme de résilience. Elle s’est grandie face à un événement exceptionnel en jouant le jeu de l’union sacrée pour faire bloc derrière le gouvernement. Cette union se poursuivait hier encore à l’Assemblée suite au discours de Manuel Valls, Premier ministre irréprochable, que les députés ont salué unanimement.

Ce que nous avons montré au monde entier ces derniers jours, c’est bien notre capacité de rebond, notre volonté de faire face et d’aller de l’avant malgré tout. Il ne tient qu’à nous que ce sursaut ne soit pas qu’éphémère. Angélisme ? Naïveté ? On pourrait le penser mais l’élan de ces derniers jours dépasse cela. Notre résilience peut participer à poser les fondations d’une nouvelle France, portant un regard plus juste sur elle-même, et cela dans tous les domaines : sociétale, politique ou économique.

Thibaut De Jaegher

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

14/01/2015 - 20h47 -

Le blasphème est un mot inventé par les religieux pour se protéger des provocateurs qui démontrent par le ridicule l'incohérence des propos.
Si Mahomet ne voulait pas qu'on le représente il aurait mis des limites imprescriptibles à toute action dans ce sens, comme le fait de respirer sous l'eau entraîne la noyade ou qu'on se brûle au contact du feu.
Expliquer suffisamment son positionnement pour que tous comprennent le bien fondé de ces images, c'est sans doute ce qui a manqué à Charlie ? Et c'est dommage de se quitter sur ce malentendu.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte