Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La rémunération des patrons du CAC 40 en hausse de 6%

, ,

Publié le , mis à jour le 24/09/2015 À 07H50

En moyenne, les patrons du CAC 40 ont gagné plus de 4 millions d'euros en 2014. Une hausse de 6% par rapport à l'année précédente, qui marque la fin de deux années de recul.

Les entreprises citées

 

La rémunération totale moyenne des présidents exécutifs des sociétés cotées au CAC 40 a augmenté de 6% en 2014 et repassé la barre des quatre millions d'euros après deux années de recul, a écrit ce mercredi 23 septembre la société de conseil aux investisseurs Proxinvest.

Cette rémunération (qui prend en compte salaire fixe, bonus, jetons, avantages en nature, stock-options, actions gratuites de performance ou encore plans d'intéressement en numéraire) a atteint 4,210 millions d'euros, précise Proxinvest, dont le rapport annuel sera disponible lundi prochain.

La hausse s'explique principalement par "certaines rémunérations exceptionnelles de départ significatives et par le boom des actions gratuites de performance". Celles-ci pèsent désormais 29,1% de la rémunération d'un président exécutif du CAC 40 et ont supplanté les stock-options, qui ne pèsent plus que 4,1%.

Depuis 2012, les stocks-options sont soumises au barème progressif de l’impôt sur le revenu, comme les salaires.

Les présidents exécutifs des 80 autres sociétés composant l'indice boursier élargi SBF 120 ont à l'inverse vu leur rémunération moyenne baisser de 3% en 2014 et redescendre à 2,359 millions d'euros après deux années consécutives de hausse.

Carlos Ghosn, PDG de Renault-Nissan, est en tête du classement de Proxinvest pour 2014 avec 15,2 millions d'euros de rémunération totale (+56%), devant l'ancien directeur général de Sanofi Christopher Viehbacher, avec 12,5 millions d'euros, dont plus de quatre millions pour l'indemniser de son départ.

Proxinvest plaide pour un renforcement du pouvoir de contrôle des actionnaires et un vote préalable sur la politique de rémunération "a minima triennal et contraignant, tel qu’il existe en Grande-Bretagne".

Avec Reuters (Dominique Rodriguez, édité par Marc Joanny)

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle