Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La région Île-de-France met en place un plan pour la qualité de l’air

,

Publié le

Comme la Ville de Paris, le conseil régional d’Île-de-France se dote d’un plan de la qualité de l’air qui prévoit principalement des mesures pour lutter contre la pollution des transports ainsi que la création d’un fonds "air-bois".

La région Île-de-France met en place un plan pour la qualité de l’air
Pollution sur Paris.
© Flickr c.c. Damián Bakarcic

Après la Ville de Paris c’est le conseil régional d’Île-de-France qui part en guerre contre la pollution atmosphérique dans la région capitale au travers d’un plan pluriannuel (2016-2021) de la qualité de l’air présenté, vendredi 17 juin, devant l’assemblée régionale.

"Plus que les pics de pollution, la santé des Franciliens et Franciliennes est principalement affectée par la pollution chronique. Ainsi, pour les particules fines, plus de 90 % des habitants de l’Île-de-France sont potentiellement concernés par des niveaux supérieurs aux seuils recommandés par l’OMS", rappelle l’exécutif régional en préambule de ce plan qui a été défendu devant les élus régionaux par Chantal Jouanno, vice-présidente (UDI) du conseil régional, chargée de l’écologie et du développement durable.

La région va d’abord s’attaquer à améliorer la situation dans le secteur des transports. Elle estime en effet que le trafic routier "est responsable de plus de 50 % des émissions d’oxydes d’azote et d’un quart des émissions directes de particules fines en Île-de-France".

En premier lieu, le conseil régional aidera, et au travers du dispositif TP’up, les commerçants et artisans contraints de renouveler leurs véhicules utilitaires concernés par les mesures de restrictions de circulation dans certaines zones de Paris. Au 1er juillet 2016, la Ville de Paris mettra en œuvre le deuxième volet de son propre plan de qualité de l’air avec l’interdiction de circulation, les jours ouvrés, pour les voitures particulières et les utilitaires légers mis en service avant 1997.

Des bus plus "verts"

Cette mesure régionale ayant pour ambition "de soutenir l’emploi et l’activité économique" ne sera pas cumulable avec les aides de l’Etat, ni avec celles de la mairie de Paris.

Le plan francilien s’attache aussi à réduire progressivement le parc de bus fonctionnant au diesel. Au travers d’un programme spécifique en cours de préparation il s’agit d’accélérer la mise en place des bus utilisant le gaz naturel (GNV) comme carburant. "L’objectif de 100 % de bus propres (GNV ou électrique) en 2025 s’impose pour toute l’Île-de-France", précise le rapport soumis au vote des élus du conseil régional. La région veillera également à anticiper les possibilités de recyclage ou de deuxième vie des bus diesel actuels qui ne seront pas en fin de vie lorsqu’ils seront remplacés en 2025.

Toujours dans le domaine des transports, la région va soutenir des projets pilotes visant spécifiquement le métro dont la qualité de l’air est affectée par la forte densité de particules émises par les dispositifs de freinage.

Le conseil régional va également créer un fond "air-bois" afin d’encourager les utilisateurs des chauffages individuels au bois anciens à les remplacer par des équipements modernes moins émetteurs de polluants. "Cet accompagnement sera réservé au remplacement d’équipements à usage de chauffage principal et sera ciblé prioritairement sur les zones d’habitat individuel majoritaire", indique l’exécutif régional qui a prévu de consacrer un million d’euros à ce dispositif en 2016.

Création d’un "Lab Air"

Enfin, sur la trentaine de mesures présentées l’une ambitionne de dynamiser l’innovation par la création d’un "Lab Air". Constitué avec l’appui d’Airparif, l’association de surveille de la qualité de l’air en Île-de-France, la future structure aura pour rôle d’accompagner les entreprises innovantes dans le domaine de la qualité de l’air et de susciter le développement de technologies nouvelles.

A l’appui de ses premiers engagements le conseil régional avance avoir augmenté de 152 % la part du des investissements "air" dans son budget 2016 alors que le budget consacré aux énergies renouvelables a été augmenté de 15 % atteignant 14,7 millions d’euros auxquels s’ajoutent 7 millions d’euros dédiés aux réseaux de chaleur.

Patrick Désavie en Île-de-France

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

20/06/2016 - 18h10 -

Comment la ville de Paris compte elle dédommage les travailleurs ne pouvant se déplacer qu en automobile et ne pouvant financièrement pas changer leur véhicule
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus