Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'usine Agro

La production viticole européenne au plus bas depuis la seconde guerre mondiale

Franck Stassi , , ,

Publié le

De mauvaises conditions climatiques à travers l’Europe ont eu raison de la production de vin. L’Italie, l’Espagne et la France figurent parmi les pays les plus touchés.

La production viticole européenne au plus bas depuis la seconde guerre mondiale © Comité interprofessionnel des vins de Champagne

Les vendanges européennes sont à leur plus bas niveau depuis la seconde guerre mondiale, alerte le Copa-Cogeca, principal syndicat européen d’agriculteurs. La production s’établirait à 145 millions d’hectolitres en 2017. "Cette année, nos vignobles ont été touchés de plein fouet par le changement climatique et les événements météorologiques extrêmes, allant du gel à la sécheresse. La vendange sera inférieure de 14% par rapport aux niveaux de l'année dernière. La récolte a été précoce et beaucoup de producteurs ont vendangé en moyenne deux semaines en avance", explique le président du groupe de travail Vin du Copa-Cogeca, Thierry Coste. Hormis une hausse de 10% de la vendange au Portugal, les indicateurs sont orientés à la baisse dans l’ensemble de l’Europe, avec notamment une chute de 26% en Italie (à 40 millions d’hectolitres) et de 20% en Espagne (à 36 Mhl).

Une récolte en chute de 19% en France

En France, la production viticole (36,9 Mhl) serait même en recul de 19% par rapport à 2016 et de 18% par rapport à la moyenne quinquennale, d’après le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Le chiffre a été revu à la baisse depuis les précédentes estimations, parues en juillet et en août. "Historiquement basse", la récolte de 2017 conclut une campagne marquée par un épisode soutenu de gel qui a touché, au printemps, la plupart des bassins viticoles (le Sud-Ouest, les Charentes, l’Alsace et le Jura ayant été les plus touchés), ainsi que des pertes liées à la grêle. Après ce printemps difficile, la sécheresse a frappé le Sud-Est cet été. "Ce phénomène climatique persistant, associé à de la chaleur et du vent, accentue la déshydratation des raisins et conduit à réviser à la baisse l’estimation sur ces territoires, ainsi que l’estimation nationale", précise le ministère.

Peu de vin, mais un bon cru

"Il semblerait que les raisins soient de très bonne qualité dans toute l'Europe, ce qui devrait donner un vin excellent. Les prix devraient augmenter, mais cela ne sera pas suffisant pour compenser les pertes de certains producteurs", affirme Thierry Coste, dont l’organisation fonde beaucoup d’espoir sur le projet de règlement européen Omnibus, au sein duquel les aides déclenchées en cas de pertes de rendement passeraient d’un seuil de déclenchement de 30% à 20%.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus