La Nasa veut fabriquer et assembler certaines pièces d'engins directement dans l'espace

Pour ses futures missions, en particulier l'exploration lunaire et martienne, la Nasa veut concevoir et assembler certaines pièces d'engins directement dans l'espace. 142 millions de dollars ont été attribués à la société Maxar Technologies, pour un projet de robot constructeur. Son lancement est prévu pour le milieu des années 2020. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La Nasa veut fabriquer et assembler certaines pièces d'engins directement dans l'espace
Le Space Infrastructure Dexterous Robot (SPIDER) sera intégré au Restore-L, un engin de réparation de l'agence.

La Nasa souhaite se lancer dans la fabrication de certaines pièces d’engins spatiaux directement dans l’espace. Le 31 janvier, l’agence spatiale américaine a annoncé l’attribution de 142 millions de dollars (environ 128 millions d'euros) au constructeur de satellites Maxar Technologies. Basée à Westminster, dans le Colorado, la société sera chargée de mettre au point un système d’assemblage robotique en orbite basse.

A LIRE AUSSI

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le premier essai devrait permettre l’assemblage d’une antenne de communication de 3 mètres, et la conception d’une structure composite de 10 mètres. L’opération sera effectuée à l’aide de Restore-L, un appareil de la Nasa spécialisé dans la réparation de satellites. Pour l’occasion, il sera modifié pour accueillir le robot SPIDER (pour Space Infrastructure Dexterous Robot). Son bras robotique de 5 mètres devrait l’aider à assembler les sept éléments de l’antenne et à fabriquer la structure.

De nouvelles technologies pour les missions lunaires et martiennes

La Nasa le promet, le développement de ce genre de partenariats public-privé devrait permettre la mise au point de nouvelles technologies et applications pour des missions gouvernementales et commerciales, tout en réduisant le coût global pour les contribuables américains.

Concernant le projet, "l’assemblage et la fabrication dans l’espace permettront une plus grande flexibilité, adaptabilité et résilience des missions. Des points essentiels pour les futures missions lunaires et martiennes", explique dans un communiqué Brent Robertson, chef de projet au Goddard Space Flight Center de la Nasa à Greenbelt (Maryland). Ce programme de Restore-L modifié ouvre la voie à de nouvelles technologies pour l’entretien et le ravitaillement de satellites dans l’espace. Son lancement est prévu pour le milieu des années 2020.

L’équipe en charge du projet comprend Maxar, la société aérospatiale Tethers Unlimited, le West Virginia Robotic Technology Center de Morgantown (Virginie-Occidentale), et le Nasa’s Langley Research Center de Hampton (Virginie). Le tout est administré par le Technology Demonstration Missions program basé au Nasa’s Marshall Space Flight Center de Huntsville (Alabama).

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS