La mue de l'économie chinoise se nourrit de produits agricoles, pas de métaux

La baisse des importations d’aluminium, de cuivre ou de zinc par la Chine est le signe d'un rééquilibrage progressif de l’économie chinoise vers les services et la consommation intérieure. Au plan mondial, les produits agricoles pourraient en bénéficier, tandis que la sidérurgie et les mines pâtissent de la baisse de régime de ce client qui n'absorbe plus leurs surplus.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La mue de l'économie chinoise se nourrit de produits agricoles, pas de métaux

"La stratégie de réformes de la Chine implique une croissance plus faible des importations", avertit la banque néerlandaise ABN Amro dans une étude sur le ralentissement chinois et les importations de matières premières. En 2014, la croissance en valeur des importations chinoises a chuté à 1% en glissement annuel.

Le rééquilibrage progressif d'une économie centrée sur l’industrie lourde et les exportations vers les services et le développement de la consommation intérieure devrait affecter les importations des produits de base, de même que la lutte contre la pollution, qui se traduirait par une utilisation plus efficace des ressources et un contrôle accru de l’industrie. Le renforcement de la politique anti-corruption figure également parmi ces facteurs potentiels.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

A des degrés divers, les volumes importés d'aluminium, de bauxite, de charbon à coke, de cuivre, de nickel et de zinc ont tous baissé dernièrement (voir graphique ci-dessous), à l’exception notable du minerai de fer. "La Chine restera un acteur dominant sur les marchés mondiaux des métaux industriels, mais nous nous attendons à ce que sa part diminue lentement dans les années à venir au bénéfice de l'Inde et d'autres pays en croissance rapide", précise Arjen van Dijkhuizen, économiste senior en charge des pays émergents chez ABN Amro. Le pays demeure néanmoins un client majeur avec environ 60% de la consommation mondiale de charbon à coke et de minerai de fer, et environ 50% pour l’aluminium, le zinc, le cuivre et le nickel.

Cette stratégie d’évolution des composantes du tissu économique chinois intervient dans un contexte de ralentissement de la croissance. Avec une prévision de 6,5%, Commerzbank n’hésite pas, pour sa part, à descendre sous la fameuse barre des 7% de hausse du PIB, un chiffre symbolique en Chine sur lequel table le gouvernement (voir graphique ci-dessous). La banque allemande estime que la baisse des prix de l’immobilier est susceptible de contrarier le marché de la construction (les prix ont reculé en moyenne de 6,1% entre avril 2014 et avril 2015 dans 70 villes), ainsi que les investissements effectués par les pouvoirs locaux : ceux-ci dépendent en effet des recettes des ventes de terrains pour rembourser leurs dettes et financer de nouvelles dépenses dans les infrastructures urbaines. De plus, le niveau d’endettement élevé des entreprises représente, pour Commerzbank, un risque supplémentaire.

Des produits qui pourraient tirer leur épingle du jeu

Les réformes entreprises en Chine pourraient néanmoins profiter à de nombreuses catégories de produits industriels sous l’effet d’un développement de l’urbanisation, de la hausse du niveau moyen de richesse et de l’essor de la demande pour des produits alimentaires plus élaborés. Ainsi la Chine, premier consommateur d’or avec 30% de la demande mondiale, pourrait conforter cette position grâce à l'enrichissement de sa population. L’argent, les pierres précieuses, le palladium et le platine bénéficieraient aussi du développement de la production et des ventes de bijoux et d’automobiles.

L’énergie est également concernée, stratégie anti-pollution aidant. "Les perspectives d'importations de gaz naturel et d’énergies renouvelables restent prometteuses, reflétant la volonté de réduire la pollution et d’utiliser des méthodes de production plus propres", confirme ABN Amro. En 2014, la Chine a représenté 5% de la demande mondiale en gaz naturel, contre 1% en 2000. Ses volumes importés ont été multipliés par huit durant cette période (voir graphique ci-dessous) ! Les perspectives sont en revanche moins réjouissantes pour le charbon, en passe de devenir une des "bêtes noires" du premier émetteur mondial de gaz à effet de serre.

L’appétit croissant des consommateurs chinois pour des produits alimentaires de meilleure qualité devrait, enfin, favoriser le développement des importations de café et de cacao. "Le principal handicap de la Chine agricole est le manque de surface : comme on le sait, elle doit nourrir environ 20% de la population mondiale avec moins de 10% des terres arables", rappelle le Crédit agricole. Le soja, dont la Chine est le premier importateur mondial (à hauteur de 60%), constituerait lui aussi un pilier de cette croissance annoncée des achats de matières premières agricoles, même si le pays doit veiller à ne pas reproduire des situations de stocks surabondants, dont il éprouve des difficultés à s’extraire dans les domaines du coton et du maïs.

Franck Stassi

0 Commentaire

La mue de l'économie chinoise se nourrit de produits agricoles, pas de métaux

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS