Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La métropole lyonnaise attire toujours les entreprises mais craint le protectionisme

Pierre Monnier ,

Publié le

L'Aderly, l'agence pour le développement de la région lyonnaise, a réalisé l'an dernier ses meilleurs résultats depuis sa création, avec plus de 100 entreprises implantées et plus de 2 000 emplois créés à trois ans. Pourtant, deux défis se dressent devant l'agence en charge de la promotion de la métropole de Lyon : le Brexit et l'arrivée de Donald Trump.

La métropole lyonnaise attire toujours les entreprises mais craint le protectionisme © Calips - Wikimedia commons

Ce n'est pas un, mais deux caps symboliques que l'Agence pour le développement économique de la région lyonnaise (Aderly) vient de franchir. L'organisme en charge de la promotion de la métropole de Lyon auprès des entreprises et investisseurs mondiaux a permis l'implantation de 110 entreprises et la création de 2 045 emplois à trois ans en 2016. "Ce sont des résultats que nous n'avions jamais connu, se réjouit David Kimelfeld, le premier vice-président (PS) de la métropole de Lyon, en charge de l'économie. Avant de reconnaître que l'année 2017 s'inscrit dans "un contexte compliqué" vis-à-vis du Brexit et de l'arrivée de Donald Trump à la tête des Etats-Unis.

Une démarche pro-emploi en 2017

Le bilan 2016 de l'Aderly, comparé à celui de 2015, souligne l'attractivité de la métropole lyonnaise, avec une augmentation de 20 % des implantations et une hausse de 11% des emplois à trois ans. Cela est dû "au digital et aux cleantech", insiste Jean-Charles Foddis, le directeur exécutif de l'Aderly. Le secteur des services et tertiaires reste important pour l'agence avec un tiers des entreprises et un quart des emplois concernés. Jean-Charles Foddis s'est félicité de l'implantation de 10 centres de R&D dans le bassin d'emploi lyonnais, "ce qui montre notre capacité d'innovation".

Le directeur exécutif n'a pu que regretter la chute du nombre moyen d'emplois créés par projet d'implantation : 18,6 en 2016 contre 20 en 2015. Ce recul a valeur d'avertissement pour l'Aderly. En 2017, son objectif ne sera plus 100 implantations pour 2 000 emplois, mais plutôt 2 000 emplois pour 100 implantations. L'Aderly affiche ainsi sa priorité donnée à l'emploi. "L'Aderly donnera une importance sérieuse à la dimension emploi lors de la validation des projets, souligne Jean-Charles Foddis. Pour autant, cela ne pèsera pas sur les petites implantations dès lors que le projet est viable. Le succès réside dans l'équilibre entre les grandes implantations et les petites. Il faut veiller à ce que ce mix soit préservé."

Brexit et Trump, deux inconnus

L'année 2017 verra un changement de contexte suite au vote britannique en faveur du Brexit et à l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. Une équipe de trois personnes sur les 45 que compte l'agence est dédiée au choix de la Grande-Bretagne de quitter l'Union européenne. Le but est d'attirer les entreprises qui souhaiteront quitter le Royaume-Uni vers Lyon. Mais neuf mois après le vote, "aucune conséquence n'est encore connue", déplore le directeur exécutif de l'Aderly.

Quant à la nouvelle présidence américaine, des projets d'implantation de sociétés américaines en cours d'instruction pourraient pâtir du protectionisme américain et des sanctions annoncées par Donald Trump. "Il est trop tôt pour tirer des conclusions", affirme Jean-Charles Foddis. Pourtant, le dirigeant de l'Aderly estime que le président des Etats-Unis aura un "effet clivant : soit les démarches vont s'accélérer, soit elles vont s'arrêter". Tout dépendra de la rapidité et de la sévérité des sanctions à l'encontre des entreprises américaines déployées à l'étranger. Une question à laquelle personne n'a de réponse, peut-être même pas Trump lui-même.

Des résultats jamais rencontrés pour l'Aderly
Create column charts

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle