La loi Macron, mère de toutes les réformes ? Un rôle trop grand pour elle...

Le gouvernement a décidé de passer en force la loi Macron qu'elle brandit comme la preuve de sa capacité à réformer. La réalité est qu'elle n'est qu'un agglomérat  de mesures techniques pour lesquelles il semble disproportionné de brandir le 49-3. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La loi Macron, mère de toutes les réformes ? Un rôle trop grand pour elle...
Coûte que coûte, il fallait sauver le soldat Macron et sa loi sur l'activité et la croissance. Et pour cela, ne prendre aucun risque et sortir l'arme atomique : le 49-3. Cette disposition, qui permet à un gouvernement de faire passer en force une loi en engageant sa responsabilité, a ainsi été brandie hier pour imposer ce texte devenu LE symbole de la volonté de réforme du gouvernement Valls et du quinquennat de François Hollande.
GÂCHIS
On ne peut réprimer un sentiment de gâchis. Utiliser le 49-3 pour faire passer la loi Activité et Croissance de Macron, semble disproportionné, pour le moins. Replaçons ce texte pour ce qu'il est : un simple agglomérat d'ajustements techniques, de petites mesures, toutes utiles pour débloquer quelques activités de niches, mais il n'est en aucun cas un texte apte à relancer l'économie française, à recréer massivement des emplois. Le problème finalement, c'est qu'on a donné à cette loi un rôle qu'elle ne pouvait pas jouer : celui de mère de toutes les réformes (ce qu'elle n'est pas). Comme l'a justement dit Pierre Gattaz, il faudrait dix lois Macron successives pour faire réellement bouger les lignes en France.
un MODÈLE "digital native"
Bouger les lignes, c'est un chantier beaucoup plus vaste. Il ne suffira pas de détricoter notre corpus législatif par petites touches pour réformer le pays. A l'heure numérique, la France ne peut plus se contenter d'évoluer, de mener de petites réformes mais elle doit repenser son contrat social. Pour s'adapter aux nouvelles règles du jeu qu'imposent la transformation numérique et la mutation de nos modèles énergétiques, notre pays doit repartir de la feuille blanche. Nous devons nous demander, sans nous soucier de l'existant (de nos acquis), ce que serait finalement un modèle français "digital native". Pour ensuite voir le chemin qu'il nous reste à parcourir...

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS