Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La loi Macron, mère de toutes les réformes ? Un rôle trop grand pour elle...

,

Publié le

Le gouvernement a décidé de passer en force la loi Macron qu'elle brandit comme la preuve de sa capacité à réformer. La réalité est qu'elle n'est qu'un agglomérat  de mesures techniques pour lesquelles il semble disproportionné de brandir le 49-3. 

La loi Macron, mère de toutes les réformes ? Un rôle trop grand pour elle... © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Coûte que coûte, il fallait sauver le soldat Macron et sa loi sur l'activité et la croissance. Et pour cela, ne prendre aucun risque et sortir l'arme atomique : le 49-3. Cette disposition, qui permet à un gouvernement de faire passer en force une loi en engageant sa responsabilité, a ainsi été brandie hier pour imposer ce texte devenu LE symbole de la volonté de réforme du gouvernement Valls et du quinquennat de François Hollande.
 
GÂCHIS 
 
On ne peut réprimer un sentiment de gâchis. Utiliser le 49-3 pour faire passer la loi Activité et Croissance de Macron, semble disproportionné, pour le moins. Replaçons ce texte pour ce qu'il est : un simple agglomérat d'ajustements techniques, de petites mesures, toutes utiles pour débloquer quelques activités de niches, mais il n'est en aucun cas un texte apte à relancer l'économie française, à recréer massivement des emplois. Le problème finalement, c'est qu'on a donné à cette loi un rôle qu'elle ne pouvait pas jouer : celui de mère de toutes les réformes (ce qu'elle n'est pas). Comme l'a justement dit Pierre Gattaz, il faudrait dix lois Macron successives pour faire réellement bouger les lignes en France.
 
un MODÈLE "digital native"
 
Bouger les lignes, c'est un chantier beaucoup plus vaste. Il ne suffira pas de détricoter notre corpus législatif par petites touches pour réformer le pays. A l'heure numérique, la France ne peut plus se contenter d'évoluer, de mener de petites réformes mais elle doit repenser son contrat social. Pour s'adapter aux nouvelles règles du jeu qu'imposent la transformation numérique et la mutation de nos modèles énergétiques, notre pays doit repartir de la feuille blanche. Nous devons nous demander, sans nous soucier de l'existant (de nos acquis), ce que serait finalement un modèle français "digital native". Pour ensuite voir le chemin qu'il nous reste à parcourir...

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

18/02/2015 - 18h03 -

"Digital native", il faut arrêter avec ces qualificatifs anglo-saxons robotisés, commençons par retrouver notre identité et nos valeurs, au lieu d'imiter bêtement les néolibéraux qui ont des sociétés en faillite, on y vient, merci Macron et le 49.3, déni de démocratie des élus du peuple.
Répondre au commentaire
Nom profil

18/02/2015 - 15h38 -

Monsieur,
Passer une loi en force est tout simplement anti-démocratique, et cela devrait être dénoncé et aboutir à la dissolution du gouvernement qui n'a plus aucune légitimité électorale notamment du peuple.
Ensuite, il serait bienvenu de nous éclairer sur les bonnes solutions, les bonnes idées, car cet article est plus que tout stérile et improductif. Il n'apporte rien du tout et à ce titre est inutile.
On se doute bien que des lois sorties de l'ENA, d'une diaspora bien loin des réalités et trop proche d'ultra capitalistes, ne peut pas amener de positif à la France.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle