Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La lettre de Montebourg à Sapin pour sauver Belfort et les "Alsthommes"

Astrid Gouzik ,

Publié le

Vidéo L'ancien ministre du Redressement productif a adressé un courrier au ministre de l'Economie pour l'alerter sur le cas de l'usine Alstom de Belfort, dont la fermeture a été annoncée par le groupe.

La lettre de Montebourg à Sapin pour sauver Belfort et les Alsthommes © Lucie Thiery

"Je vous prie d'examiner avec le plus grand soin la situation de l'entreprise Alstom en rapport avec la défaisance annoncée de l'usine de locomotives et de motrices de Belfort". C'est ainsi qu'Arnaud Montebourg, ancien ministre de l'Economie et du Redressement productif, commence la lettre qu'il a adressée à son successeur Michel Sapin.

 

 

Il y développe ses propositions pour sauver l'usine Alstom de Belfort, menacée de fermeture. Tout d'abord, il suggère au gouvernement – qui détient 20% du capital d'Alstom – concernant le gigantesque contrat signé avec l'Inde portant sur la fabrication de 1600 locomotives en Inde , qu'une partie de la production de ses locomotives revienne à l'usine de Belfort. Interrogé, ce mercredi 28 septembre sur Europe 1, le candidat  à la présidentielle de 2017 est allé plus loin : "Comment se fait-il que la SNCF ait commandé 44 locomotives à une entreprise allemande qui fabrique en Pologne ?". "La France saborde la France alors que l'entreprise engrange les contrats".

 

 

Dans un deuxième temps, Arnaud Montebourg formule une proposition préventive. "Il s'agit de la protection de nos intérêts stratégiques en matière de signalisation ferroviaire", écrit-il à Michel Sapin. Dans sa ligne de mire, Thales qui serait sur le point de vendre cette activité à l'entreprise chinoise CRCC, numéro 1 mondial dans le ferroviaire. Or Alstom s'était déclaré acheteur de cette activité. "L'Etat ne peut pas laisser vendre cette activité stratégique à une entreprise chinoise", plaide-t-il.

"Nous sommes incapables de faire une alliance de toutes les forces productives autour de nos intérêts industriels", a ensuite déploré ce fervent gardien du Made in France au micro d'Europe 1.


Montebourg sur Alstom : "Est-ce que c'est un... par Europe1fr

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle