La Grèce va devoir privatiser en masse

La Grèce devrait procéder rapidement à une série de privatisations de ses ports, de ses aéroports régionaux et de l'opérateur de son réseau électrique, indique un protocole d'accord établi avec ses créanciers internationaux, explique Reuters

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La Grèce va devoir privatiser en masse

Le port de Thessalonique devrait être privatisé- Crédits George M. Groutas CC

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

En Grèce, les privatisations devraient se chiffrer au total à 6,4 milliards d'euros sur la période 2015-2017, en excluant les participations bancaires, montre un document de 29 pages, dont Reuters a obtenu une copie.

Le texte énumère une liste de mesures que le gouvernement grec devra mettre en oeuvre pour obtenir un plan d'aide international d'un montant total d'environ 85 milliards d'euros.

Athènes doit ainsi s'engager à prendre d'ici à octobre 2015 des "mesures irréversibles" en vue de la privatisation de l'opérateur de son réseau électrique, ADMIE.

Egalement avant fin octobre, le gouvernement devra définir la date limite pour des offres pour les ports du Pirée et de Thessalonique.

Athènes doit céder en outre ses aéroports régionaux à un acheteur déjà identifié, selon le document.

Il s'agit vraisemblablement de l'opérateur allemand Fraport, qui tenait la corde pour assurer la gestion des 14 aéroports régionaux du pays. Les négociations piétinent cependant depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement d'Alexis Tsipras en janvier.

Matthias Sobolewski; Patrick Vignal pour le service français

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS