La France partie prenante d'une coalition pour cesser la garantie export pour les énergies fossiles

Sept pays européens, dont l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, se sont engagés le 14 avril à stopper les garanties publiques d'exportation pour les projets d'énergies fossiles.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La France partie prenante d'une coalition pour cesser la garantie export pour les énergies fossiles
Sept pays européens se sont engagés à stopper les garanties publiques d'exportation pour les projets d'énergies fossiles.

Traditionnellement, les infrastructures pour le charbon, le pétrole et le gaz représentent une grande partie des portfolios des agences publiques de financement des exportations de nombreux pays, lesquelles soutiennent ces livraisons via des garanties de financement et contre les pertes à l'étranger. A travers la coalition "Export Finance for Future", sept pays européens - l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, l'Espagne, les Pays-Bas, le Danemark et la Suède - se sont engagés le 14 avril à stopper les garanties publiques d'exportation pour les projets d'énergies fossiles. Mais les agendas et calendriers varient selon les pays.

La France déjà engagée

La France avait déjà exclu de ses garanties l’exploitation du charbon et les centrales thermiques qui fonctionnent avec ce combustible, comme l’ont fait la Suède, le Canada ou le Royaume-Uni. En 2020, elle a retiré son soutien aux projets d’exploitation faisant appel à la fracturation hydraulique et au torchage de routine. Désormais, elle prévoit d’exclure dès 2021 les projets d’exploitation des pétroles lourds, schistes bitumineux et sables bitumineux. D’ici cinq ans, en 2025,elle retirera sa garantie aux projets d’exploitation de nouveaux champs pétroliers et d’ici quinze ans, en 2035, aux nouveaux champs gaziers.

A LIRE AUSSI

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Nous sommes totalement déterminés à cesser toute garantie export pour le financement des énergies fossiles en tenant compte, bien entendu, des spécificités industrielles de chaque nation et leur impact sur l'emploi", a déclaré le le ministre français de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire, indiquant par ailleurs qu'il espérait que l'administration du président américain Joe Biden se joindrait à cette démarche. Le ministre français a précisé que les sept pays allaient aussi s'engager à soutenir des projets respectant l'environnement et la transparence sur les politiques de financement des exportations.

avec Reuters (Leigh Thomas; version française Jean Terzian)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS