Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La France double la Chine, et entre dans le top cinq des pays les plus attractifs pour les investisseurs étrangers

Sybille Aoudjhane , , , ,

Publié le

Bonne nouvelle Pour la première fois depuis 2002, la France fait partie du top cinq du classement des pays les plus attractifs au monde, réalisé par le cabinet de conseil américain A.T. Kearney.

La France double la Chine, et entre dans le top cinq des pays les plus attractifs pour les investisseurs étrangers
La France occupe la cinquième place dans le classement des pays attirant le plus d'investissements étrangers.
© CC Wikimedia / Ana Paula Hirama

Etats-Unis, Allemagne, Canada... Si neuf des dix pays les plus attractifs en termes d’investissement direct à l’étranger (IDE) restent les mêmes,  la France signe la plus belle progression dans le classement (avec l'Italie, de façon surprenante) pour atteindre la cinquième place. Le pays gagne deux rangs et dépasse la Chine, au plus bas depuis 20 ans, désormais au septième rang. 

"L'Allemagne reprend la deuxième position, tandis que le Canada chute à la troisième place. Le Royaume-Uni se maintient à la quatrième place, tandis que la France se hisse à la cinquième place", détaille le cabinet. Seul changement sur le top dix : Singapour a remplacé la Suisse.

Le classement d'A.T. Kearney se base sur une enquête au près de 500 dirigeants de grandes entreprises mondiales, réalisée en janvier 2019. Ils ont été interrogés sur la probabilité de réaliser un investissement direct sur un marché au cours des trois prochaines années. 

L'instabilité politique, un facteur risque important

"La confiance des investisseurs a légèrement augmenté depuis l'arrivée au pouvoir du président Emmanuel Macron, en mai 2017, et les récentes manifestations anti-gouvernementales de type "gilet jaune" à travers le pays n'ont pas affecté l'opinion", explique le cabinet de conseil américain A.T. Kearney.

Pourtant, selon A.T. Kearney, les facteurs particulièrement pris en compte cette année par les investisseurs sont l’instabilité politique, la possibilité de crise économique et l’environnement commercial plus ou moins restrictif.

Pour la septième année consécutive, les Etats-Unis figurent au premier rang du classement. Le cabinet de conseil précise cependant que "l’instabilité récente des politiques pourrait bien réduire quelque peu l’attractivité des États-Unis, dans la mesure où l’écart avec les autres pays bien classés a diminué cette année".

La domination des pays développés

Le poids des marchés dits développés ne cesse d'augmenter, analyse A.T. Kearney. Leur présence dans le top 25 "dépasse tous les records". "La domination persistante des marchés développés est probablement liée au fait que quatre des cinq principaux facteurs pris en compte par les investisseurs lorsqu'ils choisissent où investir sont liés à la gouvernance et à la réglementation", explique le cabinet. Les marchés développés européens sont restés stables, occupant 14 places du top 25 cette année, tandis que les marchés développés de la région Asie-Pacifique sont passés de cinq places l'année dernière à six cette année.

Cependant cette tendance n’est pas gravée dans le marbre : "43% des investisseurs disent qu'ils recherchent de nouvelles opportunités sur les marchés émergents". La France ne peut donc pas se permettre de se reposer sur ses lauriers alors que la compétition internationale n'a jamais été aussi vive.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

14/05/2019 - 09h30 -

Compter sur des investisseurs à la recherche de profits jamais satisfaits ne nous protège en rien des crises de la mondialisation.A quoi auront servit la crise des sub- primes (milles milliards), du pétrole (soixante milliards/an) ou de l'internet (externalités des profits)si nous ne sommes pas capables d'en tirer les leçons qu'il convient ? En produisant nos propres besoins, l'indépendance économique peut seule nous prémunit de ces risques et garantir un développement harmonieux et continuel du pays ,que la mondialisation détruit ! Car les investisseurs ne sont pas des philanthropes !. Lorsqu'ils investissent c'est toujours pour pouvoir prendre plus qu'ils n'apportent !
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle