International

La France appelle à surtaxer les importations américaines suite au conflit Airbus-Boeing

, , , ,

Publié le , mis à jour le 16/10/2020 À 13H12

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, s'est déclaré vendredi 16 octobre favorable à la mise en oeuvre de surtaxes européennes sur les importations américaines, comme l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) vient de l'y autoriser dans le cadre du conflit qui oppose Boeing et Airbus.

[Conflit Airbus-Boeing] La France appelle à surtaxer les importations américaines
Si la liste des produits taxés concernent nombre de denrées alimentaires, mêlant ketchup et patate douce, ce sont bien les appareils de Boeing qui seront les premiers visés.
© Boeing

L’Organisation mondiale du commerce (OMC) a autorisé, mardi 13 octobre, l’Union européenne (UE) à taxer certains produits américains à hauteur de 4 milliards de dollars par an, soit environ 3,4 milliards d’euros, en raison des aides publiques américaines à Boeing. Le ministre de l'Economie français, Bruno Le Maire, entend bien se saisir de cette possibilité. Il s'y est déclaré vendredi 16 octobre favorable sur BFM TV.

Surtaxe de 15% sur les livraisons d'Airbus aux Etats-Unis

Une décision en forme de représailles alors qu’il y a un an, presque jour pour jour, l’OMC avait autorisé Washington à imposer des taxes sur 7,5 milliards de dollars de biens européens, aboutissant à une surtaxe de 15% sur les livraisons d'Airbus aux Etats-Unis. Chaque avionneur reproche à l’autre les aides et subventions dont il aurait indûment bénéficié.

Si la liste des produits taxés concernent nombre de denrées alimentaires, mêlant ketchup et patate douce, ce sont bien les appareils de Boeing qui seront les premiers visés. Reste que la taxe qui serait appliquée sur les avions de Boeing, sans doute également de 15% comme pour ceux d’Airbus, pourrait toucher certaines compagnies aériennes faisant la part belle dans leurs flottes aux appareils de l’avionneur américain, telles que Ryanair, Air Europa ou bien encore Transavia (groupe Air France/KLM). Vont-elles accepter de payer cette surtaxe ou au contraire exiger à un Boeing déjà mal en point d’en encaisser le coût ?

Comme il l’avait déjà demandé en 2019, Guillaume Faury, le président exécutif d’Airbus, a rappelé pour sa part le 13 octobre la nécessité de cesser ce conflit et de se mettre autour de la table.

 

avec Reuters (Jean-Michel Bélot)

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte