Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La finance n’est plus l’ennemie du gouvernement qui veut séduire les capitaux-risqueurs étrangers

,

Publié le

Dans le cadre de l’" Investor’s month", Bercy lance une grande opération séduction des acteurs mondiaux du capital-risque. Une démarche déjà discrètement engagée par Bpifrance qui a déjà convaincu trois venture capitalists nord-américains. 

Emmanuel Macron en déplacement à Las Vegas pour le CES 2015 - Crédits : Sylvain Arnulf

 

Si les capitaux-risqueurs français ont remonté un peu leurs volumes d’investissement ce dernier semestre, ils restent des nains comparés à leurs confrères des Etats-Unis. En 2014, ils ont investis 614 millions d'euros contre plus de 38 milliards d'euros pour les acteurs américains.

Pour que les start-up françaises aient accès aux gros tickets, de plus de 20 millions d’euros, le ministère de l’Economie est en train de monter une opération séduction auprès de ces venture capitalists (VC) étrangers, principalement américains mais aussi sraéliens, allemands et chinois. Le 7 octobre prochain, ils seront invités par Emmanuel Macron à Versailles pour un événement  auquel participeront Business France, la French Tech et Bpifrance (la banque publique d’investissement).

L’idée est de donner à voir le dynamisme de l’écosystème français pour mettre les start-up tricolores sur leur shopping-list. Et les pousser à ouvrir leur portefeuille !

Car si Blablacar peut maintenant réussir à boucler une levée de fonds de 160 millions de dollars emmenée par un VC new-yorkais "Inside Ventures Capital" c’est bien grâce à une certaine visibilité, obtenue en devenant le leader européen du covoiturage.

L''Investor's month" pour séduire les grands investisseurs

L’événement de début octobre prend place dans le cadre plus large de  l’"Investor’s month", une opération montée par Bercy et le Quai d’Orsay où 50 ambassades du réseau français sont mobilisées pour valoriser l’attractivité du site France auprès de grands investisseurs. Emmanuel Macron se rendra aussi  à Londres le 24 septembre pour rencontrer des investisseurs, accompagnés de Frédéric Mazzella (fondateur de Blablacar).

Au-delà des grand-messes

Voilà pour le show. Mais sur le terrain Bpifrance a déjà marqué quelques points. Ces derniers mois, elle a souscrit à trois fonds de capitaux-risqueurs américains : Versant à San Francisco, Newleaf Venture Partners à New-York et un dernier installé à Boston.

En échange de leur souscription les équipes américaines se sont engagées à établir une présence en France et à investir deux fois l’investissement de Bpifrance dans des sociétés de droit français. "Notre objectif est d’établir des liens avec des fonds de capital-risque intéressés par la France pour densifier un segment sur lequel nous n’avons plus assez d’acteurs. C'est un problème pour développer à l'international des sociétés dans les sciences de la vie et la IT", explique Daniel Balmisse, directeur de l’activité fonds de Bpifrance. Depuis quelques années, plusieurs gros acteurs comme Apax, 3i, Atlas se sont en effet retirés du marché français du capital-risque.

Au-delà de l’apport d’argent et de savoir-faire, la démarche vise aussi "à relier les écosystèmes", précise Daniel Balmisse. C’est aussi l’objectif du fonds franco-chinois de capital-risque de Cathay capital lancé à Shanghai cet été et financé principalement par Bpifrance et la China Developement Bank. 

Anne-Sophie Bellaiche

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus