La croissance française loin devant celle de l’Allemagne en 2019

Selon les prévisions de printemps de la Commission européenne, le PIB de la France devrait augmenter de 1,3 % cette année alors que celui de l’Allemagne progresserait de 0,5 %

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La croissance française loin devant celle de l’Allemagne en 2019
Pour la deuxième année consécutive, la croissance française devrait dépasser celle de l'Allemagne

C’est suffisamment rare pour ne pas passer inaperçu de ce côté-ci du Rhin. La croissance française devrait faire mieux celle de l’Allemagne en 2019. Et ce pour la deuxième année consécutive. En 2018, la France avait enregistré une hausse du PIB de 1,6 % contre 1,4 % pour son voisin outre-Rhin. Cette fois, l’écart est plus significatif.

Dans ses prévisions de printemps, la Commission européenne prévoit une croissance de 1,3 % pour la France en 2019, un chiffre légèrement supérieur à la moyenne de la zone euro. A l’inverse, l’activité devrait plafonner à 0,5 % seulement en Allemagne. La correction est nette, alors que la Commission européenne elle-même anticipait encore 1,1 % de croissance en janvier.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Incertitudes mondiales

De façon globale, les prévisions de croissance de la zone euro ont été révisées à la baisse, à 1,2 % après 1,9 % l’an dernier.
L’Allemagne paye sa sur-spécialisation dans l’industrie automobile et les secteurs exportateurs, même si le taux de chômage devrait rester à un niveau plancher de 3,1 %. "Le récent ralentissement de la croissance mondiale et des échanges commerciaux internationaux, conjugué aux fortes incertitudes entourant les politiques commerciales, pèse sur les perspectives de croissance du produit intérieur brut en 2019 et 2020", souligne la Commission européenne.

Le pays qui exporte 47 % de sa production – contre 31 % pour la France – a pris de plein fouet les conséquences du coup de frein de la Chine et le retournement de cycle dans l’automobile mondiale. En mars, les commandes de nouvelles machines-outils ont encore reculé de 10 % par rapport à l’année précédente, estime ainsi le VDMA, le syndicat regroupant les fleurons allemands du secteur. Dans l’automobile, l’introduction chaotique des nouvelles normes d’homologation WLTP mais aussi les incertitudes entourant le Brexit ont encore accéléré les incertitudes. Berlin n’entend pas dénouer trop fortement les cordons de la bourse pour soutenir son économie, alors que le pays est déjà au plein emploi, avec un taux de chômage de 3,1 %.

Un soutien à la consommation en France

A l’inverse, l’économie française est moins exposée aux turbulences mondiales. Elle devrait en plus pouvoir compter sur son moteur traditionnel : la consommation. Alors que le gouvernement a débloqué près de 10 milliards d’euros de mesures de soutien pour 2019 depuis décembre dernier – auxquels s’ajoutent 7 milliards d’euros supplémentaires pour 2020, "le fort soutien fiscal et le recul de l’inflation devrait soutenir le pouvoir d’achat et la consommation des ménages", estime ainsi la commission.

Dés 2020, la France devrait retrouver un rythme de croissance identique à celui de l’Allemagne, avec 1,5 % de hausse de PIB attendu. Sauf aggravation toujours possible de la guerre commerciale et des tensions mondiales.

Les deux économies creuseraient ainsi encore l’écart avec la troisième économie européenne. La Commission européenne prévoit une croissance de 0,7 % en 2020 pour l’Italie, après une quasi-stagnation (+0,1%) en 2019. Alors que le chômage baisserait dans toute la zone euro, pour revenir à son plus bas niveau depuis 2007, et effacer enfin les conséquences sociales de 10 ans de crise, le taux devrait progresser à nouveau dans la péninsule italienne. De 10,6 % en 2018, il devrait se redresser à 11 % fin 2020. De quoi compliquer encore un peu plus l'équation économique du gouvernement Salvini.

Solène Davesne Journaliste Economie
Solène Davesne

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS