La crise des gilets jaunes n’a pas entamé la confiance des Américains dans la France

Par rapport à d’autres destinations européennes, la France a continué en 2018 d’engranger une perception positive de la part des investisseurs américains déjà dotés de filiales dans le pays, selon le baromètre annuel de l’American chamber of commerce. Plus qu’un effet Macron qui avait fait bondir l’attractivité en 2017, les incertitudes sur le Royaume-Uni en plein Brexit, l’Allemagne qui ralentit et les difficultés budgétaires italiennes confortent la France.

 

Partager
La crise des gilets jaunes n’a pas entamé la confiance des Américains dans la France
Les maisons mères américaines trouvent dans la France une destination attractive

Des ronds-points couverts de gilets jaunes en colère, des casseurs qui brûlent des voitures à deux pas de l’avenue des Champs-Elysées, un président qui lâche plus de 10 milliards d’euros de dépenses pour calmer le jeu : on pouvait craindre l’impact de ces événements sur l’attractivité de la France. Il n’en est rien, en tous cas pour les investisseurs américains. L’enquête annuelle de l’American Chamber of commerce en France, réalisée entre décembre 2018 et janvier 2019 par le cabinet Bain, montre que la France bénéficie d’un taux record de perception positive de la part des maisons mères américaines disposant de filiales en France. 56 % des dirigeants interrogés considèrent le pays comme une destination "excellente ou bonne" pour investir. La perception positive, qui était de 11 % en 2014, s’est donc encore améliorée depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron qui l’avait déjà fait grimper de 15 points en 2017 à 48 %.

Une bonne stabilité par rapport aux voisins

Selon les membres de l’American chamber of commerce, ce n’est pas tant un enthousiasme renforcé pour l’exécutif qui a joué cette année, même si l’enquête montre que les investisseurs perçoivent un cap de réformes solides et bien tenues, mais plutôt une certaine fébrilité par rapport à nos voisins. Selon Stéphanie Barreau, présidente de 3M France, "la destination France est mise en perspective avec la situation d’autres pays d’Europe. Comparativement aux difficultés budgétaires italiennes, à la décélération de l’Allemagne, au Brexit, la France offre une certaine stabilité et jouit toujours de sa situation géographique centrale et de la qualité de ses infrastructures. Il y a un moment à saisir."

Mais image positive ne veut pas dire pour autant que les entreprises américaines vont se ruer pour investir dans le pays. Chaque année dans son baromètre, l’American chamber of commerce calcule un score de prescription du pays auprès des investisseurs américains. Il reste stable mais est toujours négatif. Ce score résulte de la différence entre les prescripteurs convaincus et les détracteurs ou les neutres. Il reste stable par rapport à l’an dernier à -15 % (contre – 74 % en 2014).

Le coût du travail, toujours un point noir

Parmi les points faibles et pourtant prioritaires dans un choix d’implantation figurent toujours la complexité administrative, le coût et la législation du travail, le climat social et le régime fiscal des entreprises étrangères. Dans les atouts de la France à maintenir on retrouve la qualité de sa main d’œuvre, la sécurité juridique, la R&D et la qualité des infrastructures. Les concurrents en matière d’investissement en Europe restent l’Allemagne et le Royaume-Uni et dans une moindre mesure pour la qualité de son contexte macro-économique, les Pays-Bas. Le Président peut encore poursuivre pendant quelques saisons ses événements " Choose France" à Versailles.

0 Commentaire

La crise des gilets jaunes n’a pas entamé la confiance des Américains dans la France

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS