Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

La course au véhicule autonome passera par l'IA et la 5G

, , ,

Publié le

Tribune Laurent Martini, DG France de Pure Storage revient sur l’importance des données, du traitement à l’analyse, dans l’émergence des voitures autonomes ces dernières années. Selon lui, les constructeurs ont tout intérêt à investir dans l’IA et la 5G pour se démarquer de leurs concurrents et gagner la course.  

La course au véhicule autonome passera par l'IA et la 5G © Renault

A mesure que les entreprises progressent dans la course au véhicule autonome, le traitement et l'analyse des données ainsi que la télématique vont être déterminant pour départager les vainqueurs. Au cours des trois dernières années, des dizaines d'entreprises ambitieuses ont, en effet, levé plus de 10 milliards d'euros pour saisir cette nouvelle opportunité. Dans ce contexte, le développement de l'intelligence artificielle (IA) et de la 5G sont des paramètres qui changent la donne, rendant la course encore plus intéressante. Et pour maximiser leurs chances de réussite, les entreprises ont tout à gagner à mettre en œuvre une architecture informatique centrée sur les données.

Les données, le carburant qui alimente le moteur IA

Avec les avancées en matière d'IA et d'apprentissage automatique, la quantité de données pouvant être traitées instantanément a augmenté de façon exponentielle. Ces deux technologies vont également permettre d'accroître la précision de l'analyse des données issues de la télématique, qui permet de surveiller le véhicule autonome dans son ensemble. La télématique a déjà connu de grands progrès, avec notamment les compagnies d'assurance automobile qui peuvent désormais établir leurs devis en fonction de la façon dont un assuré conduit ou bien réduire le nombre d'accidents en identifiant à l'avance les angles morts pour les conducteurs. Avec l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique, les applications de la télématique devraient se multiplier.

Grâce à un système de gestion centralisé, les données collectées peuvent être partagées et analysées beaucoup plus rapidement. Les scientifiques peuvent ainsi traiter la quantité de données nécessaire pour garantir la sécurité des utilisateurs, sans compromettre le temps de mise sur le marché et les cycles de développement du côté des entreprises. La technologie qui permettra d'avoir des véhicules complètement autonomes est encore en cours d'évolution, mais il ne fait aucun doute que l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique sont amenés à jouer un rôle vital dans cette évolution.

Changer de vitesse avec la 5G

L'apprentissage automatique, en permettant l'extraction de données en temps réel et le développement d'analyses prédictives, rend l'intelligence artificielle plus puissante. A l'heure actuelle, la vitesse est un élément stratégique primordial, ainsi que l'absence de goulots d'étranglement : les infrastructures d'IA doivent être conçues pour traiter efficacement les données. Dans le secteur automobile, c'est une fonctionnalité essentielle, non seulement pour la sécurité des passagers, mais aussi pour que les scientifiques puissent concentrer leurs efforts sur l'exploitation des données pour mettre effectivement des véhicules autonomes sur les routes, et non sur la conception de l'infrastructure elle-même.

La 5G va permettre d'accélérer la vitesse de traitement des données, permettant une plus grande précision et des temps de réponse plus rapides pour la télématique au service des véhicules autonomes. L'une des principales transformations liées à la 5G est la capacité à récolter et à traiter des données télématiques en continu, quel que soit l'endroit où se trouve la voiture, plutôt que d'avoir à la ramener à la base pour accéder aux données qu'elle a recueillies.

Il s'agit d'une véritable transformation, qui permet d'améliorer la productivité et d'accélérer le travail d'intelligence grâce au flux de données en temps réel, plutôt que de rester sur un vieux système de traitement par lots qui se fait uniquement quand les données sont disponibles. Les gains se traduisent par un plus grand nombre de voitures mises sur la route par heure, et donc une plus grande quantité de données et une plus grande précision obtenue, le tout dans un délai plus court. En traitant des volumes croissants de données à une fréquence plus grande, les logiciels de conduite autonome vont pouvoir continuer à apprendre et à s'améliorer avec le temps.

La conduite du futur dès aujourd'hui

Au fur et à mesure que l'intelligence artificielle progresse, les entreprises doivent s'assurer que leur infrastructure informatique suit le rythme en étant flexible et facile à faire évoluer. Elles doivent commencer à penser dès aujourd'hui à l'infrastructure de demain, pour rester compétitives dans la course aux véhicules entièrement autonomes. Cela nécessite la mise en œuvre d'une infrastructure centrée sur les données, qui leur permettra de mieux tirer parti des progrès des technologies telles que l'intelligence artificielle et l'apprentissage profond, qui ont le potentiel de transformer ce que l'on peut tirer à partir des données.

Laurent Martini, DG France de Pure Storage

Les avis d'expert sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine Nouvelle.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle