La contrefaçon textile fait perdre un demi-million d'emplois à l'Europe

La contrefaçon coûte 518 000 emplois et 43,3 milliards d'euros à l'Union Européenne, selon une étude publiée par l'Office pour l'harmonisation dans le marché intérieur (OHMNI).

Partager

La contrefaçon fait plus de ravages qu'il n'y parait. Dans le secteur textile, elle fait perdre 518 000 emplois et 43,3 milliards d'euros à l'Europe. C'est le bilan que dresse une étude publiée le 21 juillet 2015 par l'Office pour l'harmonisation dans le marché intérieur (OHMI), l'organisme de l'Union Européenne en charge de l'enregistrement des marques.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Chaque année, le secteur du prêt-à-porter de l'UE perd 10% de ses ventes, soit 26 milliards d'euros, à cause de la contrefaçon. La Lituanie est le pays le plus touché avec 20% de ventes perdues, la France se situe dans la moyenne avec 9%. La baisse des ventes entraînent la suppression de 363 000 d'emplois européens dans le secteur. Pour les fabricants seuls, le bilan s'élève à 5 milliards d'euros de perte et 90 000 emplois. Les commerçants de détails sont les plus touchés avec 10 milliards d'euros de perte et 228 000 emplois supprimés. Pour estimer le nombre de ventes manquées à cause de la contrefaçon, l'OHMNI calcule la différence entre les ventes prévisionnelles et les ventes réelles, en tenant compte des autres facteurs pouvant altérer la consommation: le taux de l'euro ou la croissance de chaque pays.

8 milliards d'euros de recettes publiques envolées

En plus des conséquences directes sur les ventes de vêtements et de chaussures, la contrefaçon textile a des effets néfastes sur les fournisseurs qui n'appartiennent pas forcément au secteur. Ils perdent chaque année 17 milliards d'euros. Les finances publiques sont aussi touchées puisque la baisse de l'activité économique et de l'emploi fait chuter la TVA, l'impôt sur le revenu et l'impôt sur le bénéfice des entreprises, soit au total 8 milliards d'euros.

D'autres secteurs touchés

Le prêt-à-porter n'est pas la seule victime. L'OHMI estime que 39 % de l'activité économique de l'UE est générée par des secteurs concernés par la contrefaçon. Une étude par secteur est prévue. En mars, l'organisme européen publiait celle sur les cosmétiques qui révélait 5 milliards d'euros de perte et 50 000 emplois détruits. D'autres études notamment sur la maroquinerie, la joaillerie, les jouets et les médicaments paraîtront au cours des 18 prochains mois.

Marine Protais

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS