La Commission européenne à la manoeuvre pour rouvrir les négociations avec Athènes

La Commission européenne travaille à la réouverture des négociations avec la Grèce, a déclaré ce mardi matin le président de l'institution, Jean-Claude Juncker, à quelques heures d'un sommet de la zone euro à Bruxelles.

Partager

Le président de l'exécutif européen, Jean-Claude Juncker, s’exprimait pour la première fois depuis le référendum de dimanche en Grèce, où le "non" aux réformes exigées par les créanciers de la Grèce en échange d’un nouveau plan d’aide l'a largement emporté (61,31%).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"La balle est maintenant dans le camp du gouvernement grec", a-t-il dit devant les députés réunis à Strasbourg, en réaffirmant qu'il ne souhaitait pas voir la Grèce contrainte de sortir de la zone euro ou de l'Union européenne.

"Ma volonté, c'est d'éviter un 'Grexit'. Je suis contre un 'Grexit'", a-t-il dit.

"L'heure est venue de se retrouver autour de la table de négociations. On ne quitte pas la table de négociations. On ne quitte pas la table, ce qu'ont fait les Grecs, ce qui a été une erreur", a continué le président de la Commission européenne.

"S'il y avait une solution aujourd'hui, ce serait une solution trop simple, mais nous allons ouvrir la voie dans un esprit de respect mutuel".

Il a précisé qu’il exigerait du Premier ministre grec, Alexis Tsipras, une explication sur la signification du vote.

"Tout le monde dit qu’il faut respecter le vote des Grecs, mais je voudrais comprendre le vote des citoyens grecs. Ils ont dit non à un texte des trois institutions (Commission, BCE, FMI) qui était dépassé au moment ou il a été soumis aux voix", a-t-il affirmé.

Jean-Claude Juncker a également estimé qu’il fallait mettre fin, entre la Grèce et ses partenaires, à "l’arme rhétorique".

"Je n’accepte pas que les représentants des institutions soient qualifiés de terroristes par le gouvernement grec, a-t-il dit en référence aux propos de l'ex-ministre des Finances de la Grèce, Yanis Varoufakis.

Avec Reuters (Gilbert Reilhac, Eric Faye pour le service français)

0 Commentaire

La Commission européenne à la manoeuvre pour rouvrir les négociations avec Athènes

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS