L'Usine Maroc

La BERD se dote d’une "stratégie pays" pour le Maroc

, , ,

Publié le

Le soutien à l’entrepreneuriat, au développement territorial, aux infrastructures et aux marchés de capitaux, tels sont les axes d’action que vient d’adopter la Banque européenne de reconstruction et de développement dans le cadre de sa première "stratégie pays" vouée au Maroc.

La BERD se dote d’une stratégie pays pour le Maroc
Suma Chakrabarti, Président de la BERD

Née en 1991 sur les ruines de l’empire soviétique, pour financer le développement des anciens « pays de l’Est », la BERD a mis aussi depuis peu cap au sud.

Voilà plus de deux ans, elle s'est en effet engagée dans certains pays méditerranéens dans lesquels elle a consacré plus de 1,5 milliard d'euros dans une cinquantaine de projets en Egypte, Jordanie, Tunisie et au Maroc.

Et l’institution basée à Londres vient donc de se doter de sa première « stratégie pays » pour le Maroc. But : définir le cadre de son action et ses objectifs dans ce pays «en coopération avec les autorités marocaines».

En fait, à ce jour, la banque a déjà investi au Maroc... 380 millions d’euros dans 17 projets, à quoi s’ajoutent 130 millions d’euros de lignes de crédit aux banques marocaines. Son intervention vise le secteur public et financier mais aussi directement à des entreprises.

Ainsi, voilà tout juste un an, la BERD a investi 3,6 millions d’euros dans le producteur de jus de fruits Citruma pour l’aider à développer son outil industriel.

Approuvée le 11 février par les organes de gouvernance de la banque présidée, depuis 2012, par le britannique d'origine indienne Suma Chakrabarti, la stratégie "Maroc" a été dévoilée ce 23 février.

Elle s’articule autour de quatre axes : la promotion de l’entrepreneuriat, la lutte contre les inégalités régionales, le soutien aux services publics et aux infrastructures et enfin le développement des marchés de capitaux.

Sur le premier point, l’entrepreneuriat, la BERD vise particulière la place des femmes et le développement du financement aux TPE / PME, ainsi que le « soutien technique » aux entrepreneurs.

Concernant le deuxième point alors que « l’économie marocaine est caractérisée par de fortes disparités régionales », selon le banque celle-ci veut promouvoir le développement économique territorial, l’égalité des genres en améliorant l’environnement des affaires et la promotion des "opportunités pour tous" dans les régions rurales.

besoins de financement extérieUR

Un fonds pour l'énergie durable
La BERD veut créer un "Mécanisme de financement pour l’énergie durable" spécifique au Maroc mobilisant jusqu’à 80 millions d’euros. Ces fonds seront mis à disposition d'Institutions financières pour prêts à des emprunteurs secondaires du secteur privé à des fins d’investissements dans l’énergie durable. A savoir des technologies, appareils et équipements axés sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Ce projet présenté fin 2014 attend son feu vert.

Troisième axe, les infrastructures et services publics. La BERD cherchera notamment à apporter son soutien au renforcement la participation du secteur privé au développement des infrastructures.

Sur le quatrième axe, le développement des marchés financiers, la BERD cherchera à élargir les outils financiers à la disposition de l'économie marocaine. Elle soutiendra notamment les émissions obligatoires ou levée de capitaux.

Selon Laurent Chabrier, directeur de la BERD pour le Maroc l’adoption de cette stratégie Maroc est "une étape clé dans le développement des activités de la banque (…) réalisé dans le cadre de notre dialogue avec le gouvernement, elle va nous permettre de (…) développer nos activités dans le soutien à l’économie marocaine ».

Pour rappel, outre la BERD, la plupart des grandes institutions financières multilatérales (Banque mondiale, BID, BAD, BEI…) sont déjà très actives au Maroc.

La Tunisie aussi. Depuis 2012, la BERD a cumulé 210 millions d'euros d'interventions en Tunisie. Son représentant y a indiqué ce 25 juillet que la banque prévoit d'y engager 200 millions d'euros cette année.

Considéré au plan international comme un "bon élève" en matière économique qu’il convient de soutenir, épargné par les troubles du printemps arabe, le royaume marocain qui se targue de sa grande  "stabilité", bénéficie aussi de nombreux soutiens bilatéraux, dont ceux de l’AFD (France), de la KFW (Allemagne), d'USAID et Millenium Challenge (Etats-Unis) ou encore des fonds des pays du Golfe.

Depuis peu, la Chine est aussi de la partie : le China-Africa Development Fund doit notamment financer 40% d'un important projet sidérurgique (tubes en acier) à Tanger.

Au total, selon les statistiques de la Banque mondiale, les financement multilatéraux et bilatéraux ont représenté, en 2012, plus de 1,5 milliard de dollars (un chiffre sans doute sous-évalué), soit environ 1,5% du PIB.

Une manne bienvenue, car les besoins de financement extérieur du pays dont la balance commerciale est structurellement très dégradée, sont de l'ordre de 3% du PIB par an. Des besoins auxquels répondra, désormais, un peu plus la BERD.

Pierre-Olivier Rouaud

Quelques interventions de la BERD au Maroc

- fonds « environnement »  de 80 millions d’euros (en cours d’adoption voir encadré ci-dessus)
- BMCE : prêt de 5 millions d’euros (dans un programme de 20 millions joint avec Afd, BEI et KFW) pour des prêts à visé environnementaux aux ménages et PME. En cours d’adoption.
- Banque BCP : ligne de crédit pour micro entreprises / TPE / PME  de 100 millions d’euros en aout 2014
- Banque BMCE : participation pour 60 de millions de dollars à une émission obligataire de 300 millions de dollars de BMCE pour développer son portefeuille de prêts aux micro entreprises / TPE / PME
- Office de l’eau (ONEE) : prêt de 65  millions d’euros en octobre 2013 pour l’adduction d’eau (régions : Ouarzazate, Azilal et Benguerir)
- Compagnie Minière de Seskaoua : prêt de 15 millions de dollars à ce producteur de cuivre pour son interconnections électrique en juillet 2013
- Office de l’électricité (ONEE) : prêts électrification rurale de 60 millions d’euros en septembre 2013
- Société Générale Marocaine de Banques: ligne de crédit pour micro entreprises / TPE / PME  de 20 millions d’euros en août 2012.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte