La batterie au sodium monte en charge

Du sodium à la place du lithium dans les batteries, et c’est une nouvelle filière de stockage de l’énergie qui s’ouvre, avec un matériau mille fois plus abondant. Des chercheurs du CNRS et du CEA en ont réalisé un prototype au format industriel standard.

Des tablettes aux véhicules électriques, les batteries au lithium sont partout. Leurs performances progressent, mais il existe un frein insurmontable : le lithium est relativement peu abondant. C'est pourquoi les chercheurs s’efforcent depuis des décennies de substituer au lithium un matériau voisin, mais mille fois plus abondant: le sodium.

Une équipe composée de chercheurs du CNRS et du CEA a travaillé pendant deux ans pour mettre au point un prototype qui a le double avantage d’afficher de bonnes performances, et d’adopter le format standard dit "18650" - 1,8 cm de diamètre sur 6,5 cm de hauteur. Ce qui est intéressant pour les applications, et peut faciliter un transfert vers des unités de production de batteries existantes.

Les laboratoires, au sein du réseau RS2E (Réseau sur le stockage électrochimique de l’énergie), ont notamment travaillé sur la composition idéale de la cathode, élément clé de la batterie, principalement constituée de sodium. En passant d’une fabrication de laboratoire (quelques grammes) à une échelle préindustrielle (un kilo), les chercheurs ont pu lancer la mise au point d’un prototype, confiée au CEA.

La nouvelle batterie affiche une densité d’énergie de 90Wh/kg, comparable aux performances des batteries au lithium à leur début, et sa durée de vie atteint 2000 cycles. Elle peut se charger et restituer très rapidement son énergie. Ce résultat prometteur intéresse les industriels du réseau RS2E, où l’on trouve Renault, EDF, Saft, Total, Airbus...

Sujets associés

NEWSLETTER Innovation

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS