L'usine Stellantis d'Eisenach en Allemagne récupérera la production de l'Opel Grandland en 2022

L'avenir s'éclaire pour l'usine Stellantis d'Eisenach en Allemagne. Le site va récupérer la production de l'Opel Grandland en 2022.

Partager
L'usine Stellantis d'Eisenach en Allemagne récupérera la production de l'Opel Grandland en 2022
La production de l'Opel Grandland avait été transférée en France, à Sochaux (Doubs).

Le climat social montre des signes d'apaisement chez Stellantis en Allemagne. Mercredi 17 novembre, le constructeur automobile et le syndicat IG Metall ont annoncé que les usines allemandes d'Opel seraient maintenues au sein d'une même entité. Le groupe a aussi indiqué que la production de l'Opel Grandland reprendrait à Eisenach en janvier 2022. De quoi soulager les craintes sur l'avenir industriel de la marque outre-Rhin.

Le SUV d'Opel sera fabriqué exclusivement dans son usine allemande dès la première semaine de janvier 2022, a déclaré le constructeur né de la fusion entre PSA et Fiat Chrysler Automobiles. Sa production avait été transférée en France, à Sochaux (Doubs), après la fermeture du site allemand d'Eisenach en septembre à cause des pénuries de puces. La fermeture du site, décrite comme temporaire, faisait craindre aux syndicats l'abandon définitif de l'activité d'assemblage sur place.

Cette annonce vient confirmer des informations de Reuters selon lesquelles Eisenach devait bien reprendre la production du Grandland en début d'année 2022. Un équipementier avait assuré à Reuters avoir reçu des volumes de commandes pour Eisenach en vue d'un redémarrage de la fabrication d'ici février.

Stellantis abandonne le projet de scission d'Opel

Syndicats et responsables politiques locaux en Allemagne avaient critiqué l'absence de communication de Stellantis sur ses projets concernant les sites de Russelsheim et d'Eisenach, notamment sur le projet de les isoler juridiquement de l'entité Opel. Le constructeur avait expliqué en septembre qu'une telle évolution de la structure permettrait de gagner en efficacité et en flexibilité. La puissante organisation IG Metall dénonçait de son côté un « démantèlement » d'Opel et menaçait l'entreprise d'un conflit dur.

Dans un communiqué, le syndicat IG Metall a annoncé que le conseil d'entreprise et les représentants des salariés avaient convenu que le projet de scission « n'était plus sur la table ». Eisenach deviendra toutefois une entreprise indépendante au sein d'Opel Automobile GmbH, mais la structure juridique de Russelsheim restera inchangée, a ajouté le syndicat.

« L'externalisation et la scission d'Opel a été empêchée et l'emploi sécurisé. J'espère qu'à compter de maintenant, la direction pilotera à l'avenir l'entreprise de manière plus constructive et plus transparente », a commenté Joerg Koehlinger, représentant d'IG Metall. Stellantis a également confirmé cette partie de l'accord.

Inquiétudes des syndicats face à l'optimisation des usines

Depuis la création du groupe en janvier, le directeur général Carlos Tavares travaille à l'optimisation des nombreuses usines héritées en Europe de PSA, Opel-Vauxhall et Fiat. Chaque site doit être à terme en mesure de produire à peu près n'importe quel modèle de la désormais dizaine de marques de Stellantis à partir de quelques architectures communes.

Même si Stellantis a promis que la fusion PSA-FCA n'entraînerait pas de fermeture de sites, cette souplesse fait craindre aux syndicats qu'un jour le groupe décide de se passer de ses usines les moins compétitives, surtout quand elles sont privées de volumes. « La décision de fermer une usine pendant plusieurs mois [...] et les transferts de volumes sur d'autres sites laisse toujours craindre des transferts plus durables », a confié une source syndicale.

La fabrication du Grandland avait été inaugurée en 2017 sur les lignes de Sochaux, avant que la voiture parte pour Eisenach. C'est là que le cousin allemand du Peugeot 2008 finira sa carrière, vers 2024, quand sera annoncé son successeur.

Avec Reuters (Reportage Gilles Gillaume à Paris et Victoria Waldersee à Berlin ; édité par Blandine Hénault et Jean-Michel Bélot)

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

40 - Landes

Analyses eau et poisson.

DATE DE REPONSE 22/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS