L’Oréal bien classé, Dassault Aviation à la traîne… Quelles entreprises ouvrent leur direction aux femmes ?

Le gouvernement a publié le 1er juillet son palmarès de la féminisation des instances dirigeantes des grandes entreprises françaises. Si le classement souligne des progrès, les postes de direction restent largement occupés par des hommes.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’Oréal bien classé, Dassault Aviation à la traîne… Quelles entreprises ouvrent leur direction aux femmes ?
Les dirigeants et dirigeantes de L’Oréal lors de l’inauguration d’un incubateur de technologies 4.0 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

La parité progresse dans les grands groupes français… Mais elle reste largement insuffisante. Mercredi 1er juillet, le secrétariat d’État chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes a publié son palmarès 2019 de la féminisation des instances dirigeantes des entreprises du SBF120*. Certains industriels ne brillent pas par leurs résultats.

À l’échelle de l’Union européenne, une bonne performance française

Entre 2018 et 2019, le taux de féminisation des conseils d’administration et de surveillance est tout de même passé de 43,4 % à 45 %. En 2013, il ne s’élevait qu’à 26,2 %. Autre bonne nouvelle : la France conserve en 2019 sa première place dans l’Union européenne en matière de féminisation des conseils d’administration.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le gouvernement attribue cette performance à la loi Copé-Zimmermann. Adopté en 2011, ce texte impose un quota de membres de chaque sexe dans les conseils de certaines entreprises : sociétés cotées, établissements publics industriels et commerciaux, entreprises publiques nationales…

“Une progression constante mais encore timide”

“Les résultats 2019 confirment une progression constante mais encore timide, notamment au sein des comités exécutifs et top 100 des 120 entreprises du SBF”, relativise le secrétariat d’État dans un communiqué. Ainsi, dans les entreprises du SBF120, le gouvernement ne dénombre que 11 femmes directrices générales ou présidentes de directoire et seulement 7 femmes présidentes de conseil.

Dans une majorité d’entreprises, le taux de féminisation du conseil d’administration s’élève au-dessus de 40 %. En revanche, les comités exécutifs et les top 100 des entreprises restent très masculins. Les femmes ne représentaient que 21,4 % des Comex en 2019 et 26,2 % des top 100.

L'Oréal dans le top 3

Avec une note de 90,1 sur 100, Gecina domine le classement pour la quatrième année consécutive. Dirigée par Méka Brunel, la société foncière affiche un taux de féminisation de 50 % de son conseil d’administration, de 40 % pour son Comex et de 42 % pour son top 100.

Derrière Gecina, le spécialiste de la restauration collective Sodexo conserve sa deuxième place (85,6 / 100). L’Oréal gagne de son côté deux rangs pour devenir la troisième entreprise du palmarès (80,5 / 100).

Dans le top 20 du palmarès, on retrouve surtout des groupes industriels du numérique, du luxe, des cosmétiques ou de l’énergie. Engie, qui n’avait pas encore congédié l’ex-directrice générale Isabelle Kocher en 2019, est sixième avec une note de 80,1 / 100. Parmi les autres entreprises bien classées : Kering (7e), Orange (9e), Dassault Systèmes (11e), la maison-mère de Free (Iliad, 12e), Legrand (16e), Hermès International (17e), Air Liquide (18e) ou encore Bic (19e).

Dassault Aviation, trop masculin

Si Dassault Systèmes réalise une belle performance, son entreprise soeur Dassault Aviation fait beaucoup moins bien. Avec une note de seulement 28,5 sur 100, le constructeur aéronautique occupe la 119e et dernière place du palmarès. Le conseil d’administration est plutôt féminisé (44,4 %) mais les autres instances dirigeantes sont majoritairement masculines : 6,25 % de femmes dans le comité exécutif, 10 % de femmes dans le top 100, 0 % de dirigeants formés ou sensibilisés sur ces questions.

Dans le secteur aéronautique et de la défense, d’autres acteurs font un peu mieux. Thales est 74e (avec une note de 57 / 100) tandis qu’Airbus est 92e.

Outre Dassault Aviation, le fond du classement est représenté par des secteurs variés : Imerys (102e), STMicroelectronics (108e), Eiffage (109e), Atos (110e), GTT (112e), EssilorLuxottica (114e) ou encore Arcelor Mittal (118e).

Retrouvez le classement complet des entreprises du SBF120 ici.

*Méthodologie : Le palmarès 2019 a été réalisé par le cabinet de conseil ConvictionsRH. Il s’appuie sur des données chiffrées transmises par les entreprises de manière volontaire et déclarative. Les entreprises sont notées sur 100 puis classées en fonction de plusieurs indicateurs : part de femmes dans les instances dirigeantes, est-ce que le conseil est présidé par une femme, taux de sensibilisation/formation des instances dirigeantes, présence d’un réseau de femmes ou d’un réseau de mixité dans l’entreprise...

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS