L'OCDE bouscule les idées reçues (et vient en renfort de l’industrie pharmaceutique) dans son dernier rapport

Le Panorama de la santé publié ce mercredi par l’OCDE ( Organisation de Coopération et de Développement Économiques) casse bien des idées reçues sur la France et les médicaments. Et va dans le sens d’arguments avancés depuis plusieurs années déjà par l’industrie pharmaceutique. Même si les positions ne s’accordent pas forcément sur les prix de produits.

Partager



Vieillissement de la population, maladies chroniques, innovation dans les pratiques médicales… Alors que les dépenses en médicaments devraient logiquement s’emballer, leur croissance s’est nettement affaiblie depuis dix ans. La raison ? L’expiration des brevets de produits phares et des mesures de maîtrises des coûts, observe l’OCDE dans son "Panorama de la santé 2015" publié mercredi 4 novembre. Une étude fournie et riche en enseignements, qui casse bien des idées reçues concernant la France.

Le medicament, champion de la dépense de santé : faux

Entre la consommation hospitalière et l'achat de médicaments au détail, les dépenses pharmaceutiques ont atteint 728 milliards d'euros dans les 34 pays de l’OCDE en 2013, soit seulement 20 % de l’ensemble des dépenses de santé. En période de crise économique, la majorité des pays ont pourtant choisi de cibler la facture des médicaments, multipliant les mesures: réduction de prix, promotion de l’utilisation des génériques, déremboursement… Ce que l’industrie du médicament paye, en France, au prix fort depuis quelques années, avec un milliard d'euros d’économies à apporter au budget de la Sécurité Sociale.

La France, championne en dépenses de médicaments : faux

Avec une dépense en médicaments délivrés en pharmacie (dont 80% avec ordonnance) par personne de 596 euros en moyenne en 2013, la France est très légèrement devant la moyenne de l’OCDE à 515 euros. Alors qu’on l’accuse souvent d’être trop gourmande en la matière… La progression de ces ventes au détail a ralenti dans la plupart des pays membres de l’OCDE, observe aussi le rapport. Pour les médicaments sur ordonnance, les plus dépensiers demeurent les Etats-Unis, avec une facture représentant le double de la moyenne de l'OCDE.

Les Français accrocs aux antidépresseurs : faux

Contrairement aux idées reçues, la France occupait le 12e rang des pays de l’OCDE les plus consommateurs d’antidépresseurs en 2013. Elle est également inférieure à la moyenne de l’OCDE dans l’hypertension, et reste dans les clous pour les anti-cholestérols. Un point noir néanmoins : la France se situe à la 3e position dans la consommation d'antibiotiques.

la France en retard dans les génériques : vrai

Alors qu’ils représentent déjà plus des trois quarts des volume de médicaments vendus aux Etats-Unis, au Royaume-Uni ou encore en Allemagne, les génériques ont une part de marché limitée à 30% en volume et 16% en valeur en France. C’est légèrement mieux que la Suisse, l’Italie, la Grèce et le Japon. Mais il reste des efforts à faire selon l’OCDE. Elle reconnaît pourtant les mesures initiées depuis 2009 dans l’Hexagone pour promouvoir ces copies généralement 40% moins chères que les médicaments d’origine: dispositif de paiement à la performance pour les médecins, marge garantie pour les pharmacies, incitation à la substitution pour les patients… Le rapport cite aussi les initiatives testées en Nouvelle Zélande ou en Allemagne pour obtenir des prix très bas : recourir à des appels d’offre.

Une explosion des coûts peut arriver : vrai

La croissance des dépenses pharmaceutiques dans l'OCDE pourrait bien flamber à nouveau, avec la multiplication des médicaments de spécialité pour traiter, le plus souvent à l’hôpital, des maladies complexes comme les cancers, la sclérose en plaque, et plus récemment l’hépatite C. "Ces médicaments pourraient représenter la moitié, voire plus, de la hausse des dépenses pharmaceutiques au cours des cinq prochaines années", estiment les auteurs du rapport. En France, le syndicat de l’industrie pharmaceutique (Leem) avait ainsi appelé le gouvernement à plancher ensemble sur des dispositifs permettant de financer les futures grandes innovations.

Il y des efforts à faire sur les prix des médicaments : vrai

"Bien que certains médicaments onéreux apportent des bénéfices importants aux patients, d'autres n'améliorent leurs conditions que de manière marginale et ne sont pas efficaces par rapport à leur coût", jugent néanmoins les experts de l’OCDE. Estimant les prix " davantage déterminés par la situation sur le marché (important besoin médical insatisfait, petite population cible)" que par les "bénéfices cliniques".

Il y d’autres leviers à utiliser : vrai

La France se classe au 6e rang pour les dépenses de santé, y consacrant 10,9% de son PIB contre 8,9% pour la moyenne des pays de l'OCDE en 2013. Mais il existe d’autres moyens d’action que le prix des médicaments pour les diminuer. « Les recours aux urgences et à l’hospitalisation pourraient être réduits en améliorant la prise en charge des maladies chroniques à l’extérieur de l’hôpital, souligne le rapport. La durée moyenne de séjour à l'hôpital en 2013 est de 10 jours soit deux jours de plus que la moyenne des pays de l'OCDE. » Des mesures proposées déjà depuis quelques années par le Leem et le G5, l’association représentant les grands industriels français de la santé.

Gaëlle Fleitour

0 Commentaire

L'OCDE bouscule les idées reçues (et vient en renfort de l’industrie pharmaceutique) dans son dernier rapport

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Industrie pharmaceutique

VALVES SOUDABLES

OPS PLASTIQUE

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS