Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L’investissement des entreprises, l’aléa de croissance pour 2015 

,

Publié le

L’Insee a livré ses prévisions de croissance pour le premier semestre 2015. Le rythme est plus vigoureux grâce à la consommation et aux exportations. Mais l’institut reste prudent sur l’investissement des entreprises qui pourrait faire varier à la hausse ou à la baisse un scénario plus dynamique que l’an dernier.

L’investissement des entreprises, l’aléa de croissance pour 2015

A mi- 2015, la croissance du PIB français devrait s’établir à 1,1 % (en glissant sur un an). C’est le rythme le plus élevé depuis 2011. Cette bonne dynamique sera, selon l’Insee, à mettre au crédit de la consommation des ménages et des exportations bien plus qu’aux investissements des entreprises. Du côté de la demande intérieure, c’est la hausse des emplois, essentiellement non-marchands et la désinflation qui redonnera des marges de manœuvres aux français. Le pouvoir d’achat devrait progresser de 1,6 % à mi 2015, contre + 0,7 % un an plus tôt. La demande de biens adressée à la France sera  aussi en hausse et la baisse de l’euro ne peut que bénéficier aux exportateurs.

Ce n’est pas la seule bonne nouvelle pour les entreprises : l’Insee prévoit une nette accélération de leur taux de marge à 31,3 % à mi-2015 contre 29,3 % un an plus tôt, grâce à la mise en œuvre des allègements de cotisations sociales et à la baisse des prix du pétrole. Malgré ces indicateurs positifs, l’organisme national de statistique reste prudent sur l’évolution de l’investissement des entreprises qu’elle envisage stable au premier semestre 2015.

C’est même le principal aléa qu’elle pointe sur la fiabilité de son scénario pour le premier semestre 2015 (avec l’évolution des prix du pétrole). "Nos enquêtes de conjoncture montrent des chefs d’entreprise très attentistes", explique Vladimir Passeron, chef du département de la conjoncture. Pour ce qui est de l’investissement les  industriels semblent avoir un peu plus d’allant que les chefs d’entreprises du secteur des services, tandis que ceux de la construction ont toujours le moral dans les chaussettes, voyant leur carnet de commande au plus bas.  

Pour l’instant l’Insee constate que la remontée du taux de marge, les vents favorables du prix de l’énergie, de l’euro et de l’argent restent peu efficaces sur l’amélioration du climat des affaires. Plus que les mesures techniques pour favoriser l’investissement qui sont au programme de l’exécutif, il faudra sans doute que les chefs d’entreprises touchent du doigt la hausse de la consommation avant d’investir.

Anne-Sophie Bellaiche

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

03/04/2015 - 15h58 -

Très bonne mesure. Stop à la politicaillerie stérile et aux perpétuelles ronchonnades ! Tout ce qui est fait pour relancer l'investissement est bon à prendre. Il n'y a pas à tergiverser là-dessus uniquement par opposition. Arrêtons de taper sans cesse sur chaque mesure qui va dans le bon sens. Comme dit un Député UMP : "il vaudrait mieux que l'opposition pense enfin à se battre pour que la France réussisse au lieu de se battre éternellement contre la Gauche". Enfin, une parole de bon sens...
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle