Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L’industrie française séduit les investisseurs étrangers... La preuve en chiffres

Solène Davesne , ,

Publié le

La data Après des décennies de French bashing, trois études viennent confirmer le regain d’attractivité de la France et de son industrie pour les investisseurs étrangers.

L’industrie française séduit les investisseurs étrangers... La preuve en chiffres
Trois études viennent confirmer le regain d’attractivité de la France et de son industrie pour les investisseurs étrangers.
© Swiss Krono

L’attrait de la France pour les investisseurs étrangers a rarement été aussi fort. Difficile de faire un constat plus unanime. Trois sondages, publiés ces jours-ci viennent confirmer le retour de flamme entre les entreprises étrangères et la France. Dévoilé jeudi 22 novembre à l’occasion des "Etats de la France", qui réunit chaque année les filiales françaises de groupes étrangers, le premier sondage réalisé par Ipsos auprès de dirigeants des filiales locales de ces entreprises souligne un retournement spectaculaire. En 2018, 67 % d’entre eux estiment que leurs sièges mondiaux ont une image positive de la France, alors qu’ils n’étaient que 44 % l’an dernier et… 27 % deux  ans plus tôt.

Une amélioration corroborée par une autre étude, publiée elle aussi le 22 novembre, par l’institut Kantar pour Business France, l’agence publique chargée de démarcher les investisseurs étrangers. 88 % des décideurs étrangers estiment que la France est devenue un pays attractif, des chiffres en progression de 14 points par rapport à 2016.  Et l’industrie profite à plein de cette attractivité retrouvée. 86,5 % des investisseurs étrangers font du tissu industriel un atout pour le pays, là aussi en forte hausse de 12 points en deux ans.

Selon EY, la France a ainsi été la première destination d’implantation de sites industriels en Europe, avec 323 projets réalisés par des investisseurs étrangers, loin devant l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Même si, petit bémol, il s’agissait principalement d’extensions de sites existants, avec peu d’emplois à la clef. "La perception de l’industrie française s’est beaucoup améliorée à l’étranger. 77 % des dirigeants que nous avons interrogés ont confiance dans son avenir ", souligne Marc Lhermitte, associé chez EY, qui vient de republier son baromètre des investissements industriels.

Une image encore à conforter

De fait, les industriels étrangers plébiscitent les atouts de la France pour les secteurs de très haute technologie. Selon le sondage Ipsos/les Etats de la France, la grande majorité des dirigeants français de groupes étrangers estiment que la France a la capacité de devenir le pays en pointe pour attirer les investissements étrangers en intelligence artificielle (84 %) et en innovation de rupture en général (89 %).

Une amélioration à mettre à l’actif des réformes engagées par le gouvernement. Selon Ipsos, les trois quart des dirigeants de filiales d’entreprises étrangères jugent positif le bilan des réformes, même si leur optimisme concernant l’impact de la réforme du code du travail conduite l’an dernier a été un peu tempéré. Mais la France profite aussi d’un contexte favorable. L’effet collatéral du Brexit a ainsi éclairé sous un jour nouveau le site France et ses atouts.

Reste qu'après des années de "French bashing", il faut du temps pour passer de l’image aux actes. Selon l’étude Ipsos, seules 18 % des entreprises étrangères ont effectué de nouveaux investissements depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron à l'Elysée. Et 16 % l’envisagent dans les prochains mois. Un constat aussi souligné par EY dans son étude.  "On a moins de mal à vendre la France dans les comités de groupe. Mais les investisseurs n’ont pas encore passé le cap de la confiance qui leur permettrait de réaliser les investissements d’envergure comme on les voit le réaliser ailleurs, souligne Marc Lhermitte. Les dirigeants étrangers restent encore vigilants sur la poursuite des réformes, notamment la baisse du coût du travail et la stabilité fiscale, avant de s’engager plus".

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle