L’industrie française croît (enfin) plus vite que sa voisine allemande

Selon l'institut d'études économiques Coe-Rexecode, la production manufacturière a progressé plus vite l’an dernier en France qu’en Allemagne, pour la première fois depuis 2001.

Partager


Usine Renault de Douai

"On était habitué à ce que l’industrie française soit à la remorque du reste du monde. On a l’impression d’un basculement", se félicite Denis Ferrand, le chef économiste de l'institut d'études Coe-Rexecode. A rebours du ralentissement en cours en Chine et aux Etats-Unis, les perspectives pour l’industrie en France s’éclaircissent.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pour la première fois depuis 2001, la production industrielle a progressé plus vite en France qu’en Allemagne. En moyenne, celle-ci a augmenté de 1,5 % en volume en 2015. L’accélération a été encore plus nette sur la fin de l’année. L’indice de la production manufacturière a bondi de 2,6 % en décembre sur douze mois glissant. Sur la même période en revanche, la hausse a été limitée à 0,4 % en Allemagne.

Marges en hausse

La reprise de la consommation des ménages et la baisse de l’euro ont soutenu les débouchés des entreprises. Les entreprises industrielles ont aussi reconstitué leurs marges, qui sont revenues au niveau de 2000. Par rapport à 2014, l’excédent brut d’exploitation est en hausse de 11,6 % l’an dernier et de 14,7 % entre novembre et janvier 2016 par rapport à la même période un an plus tôt. "Depuis quelques trimestres, l’investissement en produits industriels est aussi un peu plus dynamique", souligne encore Denis Ferrand pour qui à en croire les enquêtes sur le moral des industriels l’activité du secteur devrait continuer à se redresser.

Mais si l’industrie français fait mieux que son homologue allemande, c’est aussi parce qu’elle part de plus bas et qu’elle a été plus lente à remettre les gaz. Depuis 2010, la production allemande s’est redressée de 11 % quand sa voisine de l’autre côté du Rhin n’a cru que de 3,6 %.

Compte-tenu des facteurs positifs dont a bénéficié le secteur manufacturier en 2015 sur fond d’effondrement des cours du pétrole et d’euro faible, le redémarrage a été "plus faible qu’espéré", reconnait Denis Ferrand. Il n’a pas profité au secteur des matériaux, plombé par la concurrence chinoise (pour l’acier) ou la crise du BTP (ciment). Les capacités de production ne sont toujours pas saturées et ne progressent plus.

Pas de reprise de l'emploi

Résultat : si l’investissement reprend timidement pour l’instant, l’amélioration des marges n’a encore eu aucun effet sur l’emploi. Alors que l’emploi industriel était en croissance de 0,5 % l’an dernier dans la zone euro, la France a encore détruit 37 000 emplois nets dans l’industrie manufacturière. "L’industrie est en phase de reprise d’oxygène", estime Philippe Darmayan, le président du groupe des fédérations industrielles (GFI).

Pour lui, ce n’est pas le moment d’arrêter la politique de l’offre en faveur de la compétitivité de l’industrie, alors qu’elle commence à donner ses premiers effets. "La phase d’accélération prend du temps mais elle arrive", encourage le président du GFI qui s’estime "déçu et inquiet" des modifications apportées par le gouvernement sur la réforme du code du travail. Il regrette aussi "attendre toujours une décision malgré beaucoup d’assurances reçues" sur le prolongement de la mesure de suramortissement fiscal des investissements productifs.

Solène Davesne

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS