Economie

L’industrie du futur fait le plein de PME

Solène Davesne ,

Publié le , mis à jour le 11/02/2016 À 11H07

L’Alliance pour l’industrie du futur, qui tient son troisième comité de pilotage à Bercy a déjà accompagné 1200 PME sur un objectif de 2000 d’ici fin 2016.

L’industrie du futur fait le plein de PME

L’industrie du futur fait recette. Pour son troisième comité de pilotage qui se tient à Bercy en présence d’Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie, et Thierry Mandon, le secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur, l’Alliance pour l’industrie du futur présente un bilan positif de ses mesures pour initier les PME aux grands enjeux de la robotisation ou de la fabrication additive.

Initialement, le dispositif devait viser à accompagner 2000 PME d’ici fin 2016 dans la mise en place de ces nouvelles technologies. "On va largement exploser le plafond", estime Tahar Melliti, le directeur général de l’Alliance pour l’industrie du futur.

Début février, 1200 entreprises se sont déjà engagées dans la démarche, en partie financée par les régions. Les régions ont déjà prévus de renforcer leur effort, en portant à 2200 le nombre d’audits et de diagnostics financés. "On espère que la dynamique va se poursuivre. A terme, ce sont 4000 à  5000 PME françaises qui pourraient être concernés par notre démarche", estime Tahar Melliti, qui espère que des fonds supplémentaires devront être débloqués.

Le PIA 3, dont les fonds doivent être arbitrés cet été, pourrait aussi être mis à contribution. Pour l’instant, 630 millions d’euros ont été engagés sous formes de prêts pour soutenir les investissements de près de 760 entreprises – majoritairement TPE et PME – dans les nouvelles technologies de production, comme le numérique ou la robotisation.

des chefs d'entrerprises ambassadeurs

En attendant, l’Alliance a prévu de déployer son réseau en région pour épauler les entreprises et prêcher la bonne parole de l’industrie du futur. Un chef d’entreprise doit être désigné ambassadeur dans chaque région pour défendre l’importance des mesures en faveur de l’industrie du futur auprès des nouveaux exécutifs régionaux. Trois correspondants techniques vont aussi les rejoindre par région pour cette fois-ci conseiller les PME.

Sur le volet formation, l’Alliance travaille au lancement d’un portail pour orienter les jeunes vers les métiers de l’industrie du futur, baptisé " Osez l’industrie du futur " . Il devrait être en ligne d’ici 18 mois. Des procédures sont aussi en cours pour labéliser un master et plusieurs bachelors dès la rentrée 2016

ciNq plate-formes labellisées

Sur les technologies prioritaires, cinq plate-formes collaboratives ont déjà été labélisées sur la douzaine de projets identifiés et sont en cours d’instruction par Bpifrance pour obtenir des financements. Elles doivent permettre de mettre sur pied des "fab lab" industriels, où des équipements mutualisés peuvent être utilisés et testés par plusieurs PME.

D’autres volets sont pour l’instant moins avancés. Les travaux menés en partenariat avec l’Allemagne et l’initiative Industrie 4.0 depuis l’automne pour pousser des standards communs pour l’industrie du futur peinent encore à décoller. "Les industriels allemands sont traditionnellement plus mobilisés que les Français. Ils ont peut-être moins besoin de nous" reconnait-on du côté de l’Alliance. Le lancement des vitrines de l’usine du futur a aussi eu du mal à démarrer. Trois nouvelles lignes de productions pilotes vont être lancés, chez Bosch, la SNCF et Airliquide.

A défaut de pouvoir financer ces projets – ce qui pourrait être considéré comme une aide d’Etat – le soutien de l’Alliance s’oriente vers la mise en place d’un "club" regroupant les initiatives pilotes, afin de permettre aux entreprises d’échanger leurs bonnes pratiques.

Solène Davesne

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

11/02/2016 - 10h13 -

L'initiative est louable, elle aide, encourage, redonne de l'air à une partie des PME. Franchement, il y avait d'autres leviers incitatifs plus efficaces à court terme et pour tout ce petit monde de l'industrie, mais, mais, mais!On peut juste espérer qu'il ne sera pas trop tard.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/02/2016 - 11h08 -

Communication communication communication,les Socialos savent faire de la Propagauche; que va t il en rester de concret à part les dépenses de l'opération ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte