Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[L'industrie c'est fou] Une hackeuse conçoit des habits pour berner les caméras de surveillance

Simon Chodorge , ,

Publié le

Du 8 au 11 août, Las Vegas a accueilli la convention de hackers Def Con 2019. L'activiste Kate Rose y a présenté une collection de vêtements pour contourner les technologies de reconnaissance optique.

[L'industrie c'est fou] Une hackeuse conçoit des habits pour berner les caméras de surveillance
La collection a été présentée au DEF CON 2019, le célèbre rendez-vous annuel des hackers
© Pixabay

Vivons mieux, vivons cachés ! Et si les caméras de surveillance pouvaient être dupées par des motifs de vêtements ? C’est l’espoir de la collection “Adversarial Fashion”. Elle a été présentée à la Def Con 2019, le célèbre rendez-vous annuel des hackers qui s’est tenu du 8 au 11 août à Las Vegas (Nevada, États-Unis).

Les gilets jaunes ne sont pas les seuls à ne pas aimer les radars et plus largement la reconnaissance automatisée des plaques minéralogiques. La collection Adversarial Fashion dénonce précisément ces technologies en invoquant le quatrième amendement de la Constitution américaine. Ce dernier garantit le droit des citoyens contre les perquisitions et les saisies non motivées.

Alimenter les bases de données avec de la junk data

Pour tromper la reconnaissance optique des caractères, les vêtements Adversarial Fashion sont couverts de motifs de plaques minéralogiques. “Les motifs ont été générés en testant une série de plaques minéralogiques modifiées avec des interfaces de programmations ALPR [pour Automatic License plate reader] vendues dans le commerce”, explique l’activiste derrière Adversarial Fashion, Kate Rose.

Le site comporte également des ressources pour aider les internautes à fabriquer leur propre vêtement puisque sans effet de masse, il n’est pas certain que ces habits rendent les technologies de reconnaissance obsolètes. L’objectif est d’alimenter les bases de données de ces systèmes avec des éléments indésirables, de la “junk data”. À terme, il s’agit de rendre la surveillance moins efficace, plus chère et plus complexe sans l’aide d’un oeil humain.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle