[L'industrie c'est fou] Une bio-imprimante mobile capable de créer et de greffer de la peau

Des chercheurs américains ont mis au point une bio-imprimante mobile capable de créer et de greffer sur place de la peau pour les blessures et les brûlures graves. Une avancée qui pourrait, à terme, remplacer les greffes de peau traditionnelles.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] Une bio-imprimante mobile capable de créer et de greffer de la peau
Application de la peau 3D sur un modèle pré-clinique

Où s’arrêteront les progrès de l’impression 3D ? Des scientifiques de la Wake Forest Institute for Regenerative Medicine (WFIRM) américaine affirment avoir créé la première bio-imprimante mobile au monde. Capable de créer à la demande et selon le patient de la peau, elle peut également l'appliquer directement sur la blessure.

A partir de tissus intacts du blessé, on isole deux différents types de cellules de peau, les fibroblastes et les kératinocytes. Les premières jouent un rôle déterminant dans la cicatrisation en synthétisant la matrice cellulaire et le collagène. Les secondes se concentrent dans l’épiderme, la partie extérieure de la peau.

Les cellules sont alors mélangées à un hydrogel et placées dans l’imprimante. Celle-ci scanne la plaie afin de déterminer où et comment le mélange doit être appliqué. Une fois le diagnostic terminé, elle commence son travail de reconstruction, et dépose couche par couche la nouvelle "peau". Un processus similaire à la cicatrisation, mais en accéléré.

Au-delà de la création de peau, l’innovation majeure est que celle-ci est directement produite par les propres cellules du patient. Cela "contribue à la cicatrisation de la plaie" pour "démarrer le processus de cicatrisation beaucoup plus rapidement", selon le professeur James Yoo, à la tête de l’équipe de recherche.

Selon les scientifiques, la machine fonctionne. Les tests empiriques sur des modèles pré-cliniques ont été concluants. L’étape suivante est désormais de commencer les essais cliniques sur des humains. L’enjeu est énorme. Actuellement, la greffe de peau, méthode classique de traitement des plaies et brûlures graves, est limitée. Il faut trouver un donneur et s’assurer qu'il n'y aura aucun rejet.

Tout cela pourrait devenir de l’histoire ancienne avec ce nouvel appareil. "Cette technologie pourrait remplacer les greffes cutanées, souvent très douloureuses et potentiellement défigurantes pour le patient" conclut Anthony Atala, le directeur du WFIRM. "Le traitement sur place des plaies assurera une prise en charge rapide et une réduction globale des tarifs de soin". De quoi apaiser les douleurs et le porte-monnaie.

Partager

NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS