[L'industrie c'est fou] Un robot sous-marin pour sauver les nageurs de la noyade

Spécialiste allemand de la recherche en sciences appliquées, l'institut Fraunhofer a récemment annoncé avoir mis au point un robot capable d'épauler les maîtres-nageurs. Equipé de caméras ou de capteurs acoustiques, ce système sous-marin pourrait sauver des personnes en danger en deux minutes à peine.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] Un robot sous-marin pour sauver les nageurs de la noyade
Le brancard robot n'a eu aucun mal à ramener un mannequin de 80 kg sur le rivage.

Si certains attendaient désespérément ce mercredi 19 mai pour la réouverture des terrasses ou des lieux culturels, d'autres se languissent de reprendre une activité sportive. Il faudra encore patienter jusqu'au 9 juin pour pouvoir muscler ses biceps à la salle de sport ou enchaîner les longueurs à la piscine. Malgré leur excitation, les nageurs devront prendre garde aux imprudences : en moyenne, près de 1 000 Français meurent de noyade chaque année.

Au fond du bassin

Heureusement, une innovation de l'institut Fraunhofer pourrait éviter une partie de ces dramatiques accidents et ainsi nous laisser profiter sereinement du déconfinement. Cet organisme expert dans la recherche et les sciences appliquées a annoncé au début du mois de mars avoir développé un robot anti-noyade.

Avec le soutien financier du ministère de l'Economie et de l'Energie allemand, les scientifiques ont créé un genre de petit brancard autonome, à placer au fond du bassin de la piscine. Grâce à un réseau de caméras intégré au plafond de l'établissement, le logiciel pourra repérer des mouvements caractéristiques d'une personne en situation de détresse et envoyer ses coordonnées au robot pour qu'il puisse rapidement lui porter assistance.

Dans les lacs et en mer

Bien sûr, l'objectif n'est pas de rendre hors d'usage les maîtres-nageurs et leur emblématique short rouge, mais plutôt de les assister. Une aide qui sera nécessairement la bienvenue en France, car au cours de l'été 2019, le Syndicat national professionnel des maîtres-nageurs sauveteurs avait évalué à 5 000 le nombre de postes à pourvoir pour une surveillance efficace.

Le dispositif de l'institut Fraunhofer fonctionne d'ailleurs également dans les lacs et en mer, des endroits où la baignade est souvent plus dangereuse. Les caméras sont alors disposées sur des drones ou des ballons publicitaires et le robot est doté de capteurs acoustiques qui lui permettent de repérer précisément la position de la personne en danger.

Raie manta du futur

Testé dans le lac de Halle, ce robot sauveteur semble avoir fait ses preuves : il a réussi à porter un mannequin de 80 kg et à le ramener sur la terre ferme, alors qu'il avait été placé à 40 mètres du rivage. « L'opération de sauvetage complète a duré un peu plus de deux minutes, rapporte Helge Renkewitz, l'un des responsables du projet, dans le communiqué. Les blessés doivent être réanimés dans les cinq minutes pour éviter des lésions cérébrales à long terme. Nous avons pu respecter ce délai critique sans aucun problème ».

A l'avenir, les chercheurs espèrent pouvoir réduire la taille du dispositif, qui mesure aujourd'hui 90 centimètres de long pour 50 de large et de profondeur. L'idée serait de lui conférer la forme d'une raie manta. Ils explorent également d'autres applications potentielles, comme le suivi des poissons et des récifs coraliens ou l'exploration de sites archéologiques sous-marins.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS