[L'industrie c'est fou] Un hôtel flottant construit sur des déchets plastiques de l'océan

Une architecte britannique prévoit d'installer un hôtel sur un îlot artificiel au sein de l'archipel des îles Cocos. Celui-ci serait constitué des multiples déchets qui polluent l'océan Indien et serait stabilisé grâce à des mangroves.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] Un hôtel flottant construit sur des déchets plastiques de l'océan
Cette île artificielle pourrait abriter 75 chambres d'hôtel et un camping.

Qui n'a jamais rêvé de s'offrir un séjour sur une île paradisiaque perdue au milieu de l'océan Indien, pour passer ses journées à bronzer et à nager avec des poissons multicolores? Avis aux amateurs: une architecte britannique nommée Margot Krasojevic prévoit de faire construire un hôtel au sein des îles Cocos, un archipel corallien situé à 2 700 kilomètres des côtes australiennes... Avec une spécificité: ce complexe serait bâti sur une île flottante constituée de détritus.

Le Recycled Ocean Plastic Resort est un projet écologique destiné à valoriser la montagne de déchets qui pollue l'environnement marin. Rien que sur les plages des îles Cocos, qui ne font pourtant que 14 kilomètres carrés, 238 tonnes de débris plastique ont été recensés au cours d'une étude réalisée en 2019. Environ 977 000 chaussures et tongs, 373 000 brosses à dents, pléthore de bouteilles et de pneus... Un bilan plus qu'alarmant, qui détériore le paysage et menace la faune locale.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Crédit: Margot Krasojevic

Premiers touristes en 2025?

Afin de préserver la beauté du site tout en dynamisant le tourisme, l'architecte a imaginé une structure capable de collecter les déchets. L'île serait bâtie sur des passerelles en bois accrochées au fond de l'eau et dotées de bras qui ramasseraient les détritus alentours. Ces derniers seraient alors placés dans des sacs tissés ensemble et lestés de béton biodégradable pour assurer la stabilité de l'ensemble. Margot Krasojevic envisage également de faire pousser de la mangrove autour. Cette dernière agirait comme une barrière naturelle et empêcherait l'île de chavirer, même en s'agrandissant.

L'hôtel comprendrait 75 chambres et abriterait aussi un camping. Tous les clients se doucheraient grâce à de l'eau de mer filtrée à l'aide de panneaux solaires. Le Recycled Ocean Plastic Resort pourrait accueillir ses premiers touristes en 2025, mais rien ne permet d'affirmer que cet ambitieux projet verra réellement le jour et ne finira pas, hélas, à la poubelle.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS