[L'industrie c'est fou] Quand l'intelligence artificielle permet de compléter la Dixième symphonie inachevée de Beethoven

La Dixième symphonie inachevée de Beethoven est aujourd'hui une œuvre complète... Grâce à la collaboration des musiciens et de l'intelligence artificielle. Extrait à écouter.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] Quand l'intelligence artificielle permet de compléter la Dixième symphonie inachevée de Beethoven
Une équipe de musiciens, historiens et scientifiques a complété les parties manquantes de la Dixième symphonie de Beethoven.

Il est venu le temps où les oeuvres inachevées d’artistes décédés trop tôt pourront devenir des œuvres complètes. Et ceci grâce à l’intelligence artificielle (IA). L’expérience a été réalisée sur l’un des plus éminents compositeurs de musique classique et précurseur de la période romantique : Ludwig van Beethoven. Décédé en 1827 à l’âge de 56 ans, il a laissé derrière lui quelques esquisses de sa Dixième symphonie, qu’il n’aura jamais eu le temps de finir. Près de deux siècles plus tard, une équipe de musiciens, compositeurs, d’historiens et de scientifiques en informatique a terminé le travail pour lui.

Inculquer la créativité de Beethoven à l’IA

Le projet de reconstitution de la Dixième symphonie de Beethoven a démarré au début de l’année 2019, porté Matthias Röder, le directeur de l’Institut Karajan. Basé à Salzburg en Autriche, cet établissement est dédié aux technologies de la musique, dont l’IA. Röder a constitué une équipe pour rassembler les écritures – très éparses – de la Dixième symphonie de Beethoven et imaginer les parties manquantes en restant le plus fidèle au style du compositeur.

Cependant, l’IA avait trop peu d’éléments de partition pour générer un morceau complet. Il a donc fallu inculquer le processus créatif de Beethoven en revisitant ses précédentes œuvres ! L’IA a analysé comment les motifs musicaux construisaient les symphonies, comme par exemple la déclinaison des quatre notes mondialement connue de la Cinquième symphonie.

Deux mouvements de vingt minutes

En combinant le travail de l’IA et des musiciens, un premier échantillon de la Dixième symphonie a pu voir le jour avec une version pour piano en novembre 2019. L’extrait a été joué devant des journalistes, des musicologues et des experts de Beethoven qui devaient déterminer quelles parties étaient originales ou reconstituées. Le leurre était parfait. Ce test a été réitéré en arrangeant la partition pour un quatuor à cordes. Même résultat.

Après 18 mois de travail, les deux mouvements de 20 minutes de la Dixième symphonie étaient achevés. La dernière étape pour l’IA consistait à arranger la partition pour orchestre, c’est-à-dire attribuer une partition à chaque instrument de l’orchestre symphonique. Le résultat final sera dévoilé le 9 octobre 2021, jour de la première mondiale prévue à Bonn en Allemagne. En attendant, il est possible de faire revivre le compositeur allemand grâce à un extrait de quelques minutes de la Dixième symphonie aujourd’hui achevée.

0 Commentaire

[L'industrie c'est fou] Quand l'intelligence artificielle permet de compléter la Dixième symphonie inachevée de Beethoven

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS