Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[L'industrie c'est fou] Mieux protéger les pandas grâce à la reconnaissance faciale

Simon Chodorge , , , ,

Publié le , mis à jour le 22/05/2019 À 12H51

La Chine va-t-elle nous réconcilier avec les technologies de reconnaissance faciale ? Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir mais des chercheurs chinois ont présenté une application destinée à identifier les pandas géants. L'intelligence artificielle permettrait ainsi d'améliorer le recensement et la protection de cette espèce menacée.

[L'industrie c'est fou] Mieux protéger les pandas grâce à la reconnaissance faciale
Le panda géant, essentiellement présent en Chine, est toujours classé comme espèce vulnérable.
© chensiyuan / CC BY-SA 4.0

La reconnaissance faciale n’est pas vraiment une technologie avenante. Très présente en Chine, elle fait craindre des sociétés ultra-surveillées. Mais qu’en est-il d’applications éthiques ? Plusieurs chercheurs chinois ont développé une application qui permettrait de reconnaître les visages des pandas. Conçue par la Base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant, elle permettrait de mieux protéger cette espèce menacée.

En développement depuis 2017, l’application s’est nourrie de 120 000 photographies et 10 000 vidéos de pandas géants. À l’aide de cette base de données, le logiciel serait désormais capable de distinguer n’importe quel panda d’un autre.

Suivre l'évolution de la population de pandas

Concrètement, l’application permettrait donc d’améliorer le comptage des pandas géants et de suivre l’évolution de la population. Les chercheurs pourraient ainsi évaluer l’efficacité des autres mesures de conservation des ursidés.

“L’application et la base de données nous aideront à récolter des mesures plus précises et plus étoffées sur la population, la répartition, les âges, le ratio de genre, les naissances et les morts des pandas sauvages qui vivent dans les montagnes reculées et qui sont difficiles à pister", estime le chercheur chinois Chen Peng à l’agence de presse officielle de la Chine Xinhua.

Ce n’est pas la première fois que le pays étend ses recherches en reconnaissance faciale aux animaux. En mars 2019, en pleine épidémie de peste porcine africaine, l’entreprise Yingzi Technology s’intéressait à des solutions de reconnaissance faciale pour mieux surveiller la santé des cochons.

Un projet de réserve à 1,45 milliard de dollars

Sans reconnaissance faciale, les techniques pour recenser les pandas sont plus laborieuses. Les chercheurs utilisent des échantillons de matières fécales ou de mucus pour recueillir l’ADN des animaux. Autrement, ils doivent arpenter le terrain pour trouver des fragments de bambou abandonnés par les pandas et y mesurer les traces de morsure.

Classée comme une espèce vulnérable, le panda géant ne compterait plus que 1864 individus adultes selon un recensement de 2015. L’animal est toujours classé comme espèce vulnérable à cause de son faible taux de reproduction et des activités humaines qui empiètent sur son habitat (exploitation du bois, agriculture, construction de routes).

La Chine ne compte pas ses sous pour améliorer la conservation des animaux mignons. En 2019, la création d’une gigantesque réserve à pandas de 17 000 kilomètres carrés doit être finalisée. L’investissement représente 1,45 milliard de dollars.

"L'industrie c'est fou" : n'hésitez pas à envoyer vos suggestions à Simon Chodorge : simon.chodorge@infopro-digital.com

CLIQUEZ ICI POUR DÉCOUVRIR TOUS LES CONTENUS DE L'INDUSTRIE C'EST FOU

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle