Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

[L'industrie c'est fou] L'interface plante-machine qui va libérer les végétaux du joug des hommes

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Images Et si les végétaux pouvaient se déplacer tout seuls ? S'alimenter en autonomie ? Voire se défendre ? Deux chercheurs du MIT Media Lab ont révélé le 28 novembre Elowan, une plante cybernétique. Le nouveau type d'interface plante-machine pourrait avoir des applications intéressantes dans l'industrie.

[L'industrie c'est fou] L'interface plante-machine qui va libérer les végétaux du joug des hommes
Deux chercheurs du MIT Media Lab ont dévoilé Elowan, une plante cybernétique.
© Harpreet Sareen / CC-BY 4.0

Après le véhicule autonome pour poisson rouge, la mobilité du futur pourrait bien arriver chez nos amies les plantes vertes. Le 28 novembre, deux chercheurs du MIT Media Lab ont révélé une “forme de vie cybernétique” sous la forme d’un pot connecté. Baptisé Elowan, le projet scientifique permet à la fleur de dialoguer directement avec une machine pour lui permettre de se déplacer.

“Les plantes sont des systèmes actifs en électricité”, explique l’équipe du MIT Media Lab. “Elles peuvent être excitées bio-électrochimiquement et elles conduisent ces signaux entre les tissus biologiques et les organes. Ces signaux électriques sont produits en réponse aux changements de lumière, de gravité, de stimulation mécanique, de température, aux blessures et aux autres conditions environnementales.”

Pour percevoir ces signaux, les chercheurs ont inséré des électrodes dans le sol, les tiges et les feuilles de la plante. “Les signaux faibles sont ensuite amplifiés et envoyés au robot pour déclencher des mouvements”, précisent les chercheurs. Dans une vidéo, les chercheurs montrent la plante-machine rouler en autonomie vers des sources de lumière, vers lesquelles elle est naturellement attirée.

Équiper la plante-machine d'extensions

Ici, le prototype de plante cybernétique ne semble savoir que se déplacer. L’interface pourrait néanmoins être équipée d’extensions pour apporter à la fleur des nutriments, des supports de croissance ou de nouveaux mécanismes de défense. On peut ainsi imaginer à l’avenir une plante se servant elle-même un verre d’eau ou déployant une ombrelle si elle est sensible au soleil.

À l’avenir, les pieds de tomate pourront-ils prendre leurs jambes à leur cou, ou leur pot à leur tige, en sentant d’éventuelles agressions humaines ? Les plantes vertes et les machines mèneront-elles une convergence des luttes contre l’homme ? Des questions vertigineuses non abordées par les scientifiques du MIT Media Lab.

Des plantes capteurs et des applications dans l'agroforesterie ou l'agriculture ?

Plus sérieusement, les chercheurs imaginent des applications ailleurs que dans la jardinerie. Les plantes pourraient ainsi servir de capteurs en communiquant des informations sur leur environnement à des appareils. Elle seraient également en mesure de surveiller elles-mêmes leur santé. Une faculté qui laisse imaginer des utilisations dans l’agroforesterie ou l’agriculture.

Prochaine étape pour le MIT Media Lab : développer une plante dont la communication serait bidirectionnelle, et connecter une plante au monde numérique. Les chercheurs évoquent également un “jardin cyborg” où les végétaux serviraient d’imprimante...

"L'industrie c'est fou" : n'hésitez pas à envoyer vos suggestions à Simon Chodorge : simon.chodorge@infopro-digital.com

CLIQUEZ ICI POUR DÉCOUVRIR TOUS LES CONTENUS DE L'INDUSTRIE C'EST FOU

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle