International

[L'industrie c'est fou] En Allemagne, une éolienne à deux têtes pour repousser les limites de l’éolien offshore

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Vidéo Les entreprises allemandes EnBW et Aerodyn veulent inventer une nouvelle formule pour l’éolien en mer : deux turbines, une seule plate-forme flottante. Elles ont installé le 2 juin un prototype de leur technologie.

[L'industrie c'est fou] Une éolienne à deux têtes pour repousser les limites de l’éolien offshore
Le prototype d'éolienne flottante a été installé dans une gravière inondée près de Bremerhaven (Allemagne).
© EnBW / Aerodyn / Jan Oelker

Comment réduire les coûts... mais aussi les limites de l’éolien en mer ? Moins de flotteurs, plus de turbines, tel est le credo du projet présenté le 2 juin par l’énergéticien allemand EnBW en partenariat avec Aerodyn, une société d’ingénierie: le prototype Nezzy2, avec deux éoliennes reposant sur une seule plate-forme flottante.

Repousser les limites de l’éolien offshore

Avec une hauteur de 18 mètres, cette étrange éolienne représente seulement une maquette à l’échelle 1:10 du projet imaginé par EnBW. La structure a été installée dans une gravière inondée près de Bremerhaven (Allemagne). Les deux turbines disposées en “Y” sont soutenues par une fondation flottante partiellement immergée. Celle-ci “s’aligne automatiquement avec la direction du vent et est amarrée par six chaînes à des ancres au fond de l’eau”, complète EnBW dans un communiqué (voir le timelapse du chantier ci-dessous).

Là où est installée l’éolienne, la profondeur de l’eau s’élève à 10 mètres. “Ce qui correspond à 100 mètres de profondeur à l’échelle réelle”, explique EnBW. Pour des contraintes économiques ou techniques, l’éolien en mer flottant dépasse rarement une eau profonde de 50 mètres. Une contrainte qui limite les zones possibles d’installation. L’objectif d’EnBW est donc de repousser cette limite.

“Les deux turbines doublent le rendement par fondation flottante. En raison des deux turbines adjacentes, le point d'attaque du vent est bien plus bas qu'avec une seule grande turbine. Cela donne au modèle une plus grande stabilité dans l'eau”, détaille l’entreprise allemande qui loue le potentiel de sa technologie.

Une éolienne à l’échelle réelle en 2021

Les tests menés à Bremerhaven resteront limités. Ici, la maquette ne sera pas soumise aux caprices des vagues et des courants. Dès l’été 2020, EnBW et Aerodyn espèrent expérimenter leur prototype en Mer Baltique. L’électricité produite ne nourrira pas le réseau mais elle permettra aux deux entreprises d’évaluer le potentiel de la technologie pendant plus de deux mois. La prochaine étape est prévue pour la fin de l’année 2021 : tester une éolienne de 15 mégawatts à l’échelle 1:1 au large de la Chine.

D’ici 2025, EnBW souhaite investir 5 milliards d’euros dans les énergies renouvelables et espère compter un portefeuille de projets éoliens de 3 500 MW sur terre et en mer. Elle indique s’intéresser tout particulièrement au marché français de l’éolien en mer à travers sa filiale Valeco.

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte