[L’industrie c’est fou] Effrayantes mais serviables, ces blattes vivantes sont téléguidables

La blatte va-t-elle devenir votre prochain périphérique audio ou robot de compagnie ? Une équipe de chercheurs japonais a dévoilé un dispositif permettant de contrôler ces insectes alors qu'ils sont toujours en vie.

Partager
[L’industrie c’est fou] Effrayantes mais serviables, ces blattes vivantes sont téléguidables
En travaillant en groupe, les blattes téléguidées pourraient devenir un nouvel élément de votre maison intelligente.

N'appelez pas les exterminateurs ! Ces blattes veulent votre bien. Une équipe d’ingénieurs japonais a peut-être trouvé la solution pour réconcilier l’humanité avec ces insectes souvent considérés comme nuisibles. Présenté en octobre, l’étonnant projet propose de piloter les animaux pour accomplir des petites tâches dans votre maison.

Les blattes téléopérées ont été dévoilées par Digital Nature Group, un écosystème rattaché à l’université de Tsukuba (Japon). Les chercheurs veulent créer des ponts entre le monde virtuel et le monde matériel, entre les êtres humains et les machines. Leur nouveau travail, intitulé Calmbots, est défini comme une “interface utilisateur”.

(Cette blatte téléguidée équipée d'un feutre pourrait écrire à votre place à l'avenir. Crédit : Digital Nature Group)

Des insectes domptés par stimulation électrique

Les dompteurs d’insectes ont jeté leur dévolu sur la blatte de Madagascar, un spécimen qui peut tout de même atteindre jusqu’à sept centimètres. Pour contrôler ces créatures encore vivantes, les ingénieurs ont harnaché sur leur dos des électrodes. Des stimulations électriques permettent ensuite de piloter les mouvements de l’animal.

L’équipe explique aussi s’être inspirée du fonctionnement des colonies de fourmis. “Il y a un certain pourcentage de fourmis qui ne travaillent pas mais elles gèrent des erreurs du système en tant que suppléantes en cas d'urgence. [...] Nous avons mis en place un algorithme qui permet à l'individu suppléant de traiter les erreurs des autres individus, ce qui augmente le taux de réussite de la tâche”, développent les chercheurs.

Un champ d’application effrayant mais varié

De quelles tâches parle-t-on précisément ? Dans la vidéo du Digital Nature Group, les blattes parviennent à pousser des petits objets ou même à tracer des petits dessins sur une feuille. Une façon de réinventer l'art ancestral de la calligraphie.

Selon les chercheurs, cette interface insolite pourrait servir de périphérique audio ou de dispositif haptique, c’est-à-dire un système qui restitue à l’utilisateur la perception du toucher dans un environnement virtuel (les manettes vibrantes représentent un exemple célèbre). Un peu comme des elfes de maison, ces insectes robotiques pourraient sortir “de nulle part, sans que nous les reconnaissions, remplissant leurs tâches et se cachant ensuite”, imaginent les chercheurs. Des perspectives effrayantes mais qui ont l'avantage de renouveler notre curiosité sur le thème de la maison intelligente.

Le projet peut aussi avoir un intérêt artistique. L’un des membres de l’équipe avait d’ailleurs présenté en janvier une expérience baptisée “Cosmeticroach”. Là aussi des cafards étaient pilotés par stimulation électrique. Ils étaient cette fois posés sur le visage d’une personne pour lui servir de maquillage ou d’accessoire de mode.

On peut bien évidemment regretter l’exploitation animale qui sous-tend ce projet. Les chercheurs louent toutefois les capacités des blattes à se dissimuler, à s’auto-entretenir ou à se déplacer. “Nous avons contrôlé les blattes de Madagascar avec une grande mobilité de déplacement sur les murs, les tapis, et du sol avec des câbles, où les robots ne sont pas faciles à utiliser”, affirment les ingénieurs.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS