Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[L'industrie c'est fou] Des exoshorts pour courir et marcher sans trop se fatiguer

Simon Chodorge , ,

Publié le

Vidéo Et si l'exoshort venait compléter la panoplie du joggeur du dimanche ? Le 15 août, une équipe de chercheurs américains a présenté un exosquelette léger et flexible pour assister l'être humain dans la marche comme dans la course.

[L'industrie c'est fou] Des exoshorts pour courir et marcher sans trop se fatiguer
Plus un exoshort qu'un exosquelette, l'appareil a été conçu pour être léger et ne pas restreindre les mouvements du porteur.
© Wyss Institute at Harvard University

Dans l’épisode précédent de L'industrie c’est fou, nous vous parlions de la queue robotique Arque. Une innovation hautement visuelle mais au potentiel peut-être limité dans la vie quotidienne. Jeudi 15 août, une équipe de chercheurs américains a présenté un autre type d’exosquelette : celui-ci assiste l’être humain lorsqu’il court ou marche.

Un exosquelette de 5 kilos

Selon l’équipe, il existe plusieurs appareils d’assistance à la marche ou à la course mais aucun équipement robotique ne couvre ces deux besoins efficacement. “Assister la marche et la course avec un seul appareil est difficile à cause des différences biomécaniques fondamentales des deux démarches”, expliquent les chercheurs dans un communiqué. L’appareil prend aussi en compte d’autres paramètres : marche en côte, rythmes de courses variés...

Plus un exoshort qu'un exosquelette, l'appareil a été conçu pour être léger et ne pas restreindre les mouvements du porteur. Il pèse 5 kilos et 90% de son poids est situé près du corps afin de limiter la sensation de charge. Le projet a associé des chercheurs du Wyss Institute for Biologically Inspired Engineering à Harvard, de la John A. Paulson School of Engineering and Applied Sciences (SEAS) et de l’Université du Nebraska.

Concrètement, l’exosquelette fonctionne avec des petits moteurs qui actionne des câbles pour assister les mouvements des hanches. L’appareil est aussi équipé de capteurs pour reconnaître le type de démarche de l’usager et lui fournir l’aide appropriée.

 

Hip-only Soft Exosuit for both Walking and Running from Wyss Institute on Vimeo.

Des usages variés

Testé sur des tapis roulants, l'exosquelette aurait permis de réduire les “coûts métaboliques” de 9,3% lors de la marche et de 4% lors de la course. Des économies d’effort limitées mais qui démontrent quelque chose de plus intéressant. “Il est possible d’avoir un robot portatif qui assiste plus d’une seule activité”, note Conor Walsh, le responsable du projet. Et ce, afin que “ces systèmes deviennent omniprésents dans nos vies”.

Comme la queue robotique Arque, l’exosquelette peut être utilisé lors de programmes de rééducation, par les personnes âgées, les travailleurs du secteur logistique qui souhaitent faciliter leurs conditions de travail ou même dans un but récréatif. Une version précédente de l’exosquelette a déjà été commercialisée en Europe et aux États-Unis à l’occasion d’une collaboration avec l’entreprise ReWalk Robotics.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle