[L'industrie c'est fou] Contre le Covid-19, Riou Glass invente le verre auto-désinfectant

Le fabricant et transformateur de produits verriers Riou Glass annonce la commercialisation d’une vitre chauffante, capable de tuer les germes de Covid-19 qui se seraient déposés sur sa surface.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'industrie c'est fou] Contre le Covid-19, Riou Glass invente le verre auto-désinfectant
En montant régulièrement à 70°C, le verre du fabricant Riou Glass réduit les risques de propagation du Covid-19.

Mieux que l'hygiaphone classique, la vitre auto-nettoyante. L’entreprise Riou Glass a mis au point le "premier verre chauffant autodésinfectant", annonce l’ETI normande dans un communiqué.

Inspiré par les protocoles de désinfection en vigueur au centre hospitalier (CHU) de Lille, le fabricant et transformateur de produits verriers a adapté sa solution de verre chauffant CalorGlass pour lui donner une fonction sanitaire.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Branchée sur le secteur, la paroi monte en température en quelques minutes pour atteindre les 70°C (contre 20° à 40°C lorsque le produit est utilisé comme chauffage). Cette température assure, selon le directeur marketing, Sébastien Joly, une fonction de désinfection efficace au bout d’une dizaine de minutes.

Dans les laboratoires, les maisons de retraites et au format hygiaphone

La chaleur est diffusée à l’intérieur du matériau grâce à une fine couche de microparticules métalliques. Pour Christine Riou, vice-présidente de l’entreprise, le nouveau produit contribue à réduire les risques de propagation du virus. "Des études scientifiques montrent que le Covid-19 perd de son potentiel infectieux quand il est soumis à une température de 65°C pendant 5 à 10 minutes."

L’entreprise basée à Honfleur (Calvados), qui emploie 1 000 salariés et réalise un chiffre d’affaires d’environ 200 millions d’euros par an, imagine des usages de son vitrage sanitaire "sur les paillasses de laboratoires, en cloison dans les maisons de retraite, ou comme vitrage dans les trains", indique Sébastien Joly. Cette nouvelle fonction pourrait aussi bientôt compléter sa gamme d’hygiaphones.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS