[L'industrie c'est fou] Cette peau électronique se recharge à la sueur de votre front

Pour rendre une peau électronique autonome, des chercheurs de l’université Caltech ont eu le flair d'utiliser une biopile générant de l'électricité à partir de... votre sueur. Derrière son aspect rebutant, l’épiderme artificiel pourrait servir à surveiller vos paramètres physiologiques et à piloter des prothèses mécaniques.

Partager
[L'industrie c'est fou] Cette peau électronique se recharge à la sueur de votre front
Cette peau électronique produit de l'énergie à partir de votre sueur.

Face aux impératifs de transition écologique, la recherche de sources énergétiques alternatives apparaît parfois étonnante. Après l'urine pour remplacer les engrais, votre sueur pourrait bien être la prochaine solution durable. Pas d’inquiétude : l’idée n’est pas (encore) de vous forcer à suer à grosses gouttes sous le poids de l’effort pour alimenter votre téléviseur ou votre téléphone, mais simplement de recueillir la substance à même votre peau pour y déployer des capteurs autonomes, capables de fonctionner sans batterie.

L'énergie comme sous-produit de la transpiration

C’est en tout cas ce qu'a fait une équipe de chercheurs de l’université Caltech, en Californie (Etats-Unis). Présentée en avril dans la revue Science Robotics, la peau artificielle qu'ils ont conçue conjugue les usuels capteurs du secteur des wearables et une biopile à combustible, se nourrissant de transpiration humaine pour produire de l'électricité.

Pour transformer le déchet en ressource, la pile utilise le lactate. Une molécule organique présente dans la sueur humaine qui, dégradée par une enzyme contenue dans la pile, produit de l’électricité au contact de l’oxygène de l’air et d'un catalyseur. Baigné dans la sueur, le système peut ainsi produire une énergie stable et assez puissante (jusqu’à 3,5 milliwatts par centimètre carré), afin d'alimenter des capteurs et même diffuser en Bluetooth basse consommation.

Des applications pour la santé et la robotique

Testée sur des cyclistes d’appartement, cette peau artificielle flexible a pu mesurer différentes informations physiologiques, et ainsi surveiller en continu leur rythme cardiaque et leur température, mais aussi tout un tas de données métaboliques (taux de sucre, d’urée, Ph…) contenues par les sudations humaines. Si des biopiles du même genre avaient déjà été mises au point, par exemple par des chercheurs du CNRS en septembre 2019, l'association de cette technologie avec un système de capteurs à même la peau concrétise les promesses de ce type de dispositifs et de la sueur comme source d'énergie.

Surtout, au-delà de son intérêt pour le secteur des wearables – dont l’inventivité ne lasse pas – et de la surveillance de la santé des sportifs, l’épiderme électronique peut aussi servir d’interface humain-machine. En intégrant des capteurs d’effort sur cette peau artificielle, les chercheurs ont pu contrôler un bras robotique situé sur une table à proximité ainsi que contrôler le mouvement d’une prothèse de jambe. De quoi donner à l'expression "à la sueur de mon front" une dimension nouvelle.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

76 - Martin-Église

Maîtrise d'oeuvre pour la construction de 24 logements intermédiaires

DATE DE REPONSE 20/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS