Technos et Innovations

[L'industrie c'est fou] Ces tours en béton veulent être le futur du stockage énergétique propre

Nathan Mann , , , ,

Publié le

Vidéo Des tours de béton de 120 mètres de haut apparaîtront-elles bientôt aux côtés des éoliennes ? C'est la vision de la start-up Energy Vault, distinguée pionnier technologique 2020 par le Forum économique mondial, qui compte sur ces installations brutalistes pour stocker de l'énergie renouvelable à grande échelle. 

[L'industrie c'est fou] Ces tours en béton veulent être le futur du stockage énergétique propre © Energy Vault

Des lignes d’horizon composées de centaines de tours sur lesquelles des grues remontent et descendent inlassablement les blocs de béton qui les composent... L’image, aux tonalités de dystopie steampunk, n’existe pas encore. Mais elle pourrait bien faire partie du paysage de l’énergie propre du futur si l’on en croît le Forum économique mondial, qui a distingué l’entreprise suisse Energy Vault parmi les 100 pionniers technologiques (les entreprises dont les technologies feront le monde d’après) de 2020.

Stocker l'énergie intermittente

Pourquoi construire de tels édifices ? Pour stocker l’énergie intermittente des énergies renouvelables note le Forum économique mondiale, qui voit dans les grues un moyen de fournir la puissance de base nécessaire à un réseau électrique en utilisant… la gravité.

Une logique déjà à la base des stations de transfert d’énergie par pompage (step)... mais que l’on pourrait installer n’importe où, à condition qu'aucun voisin ne tienne à son paysage. Un graal, qui permettrait aux stockage des énergies renouvelables d’être économiquement compétitves face aux combustibles fossiles, dont la consommation ne dépend pas des aléas météorologiques.

Six grues à 120 mètres de haut 

Concrètement, la batterie du futur prendra la forme d’une tour de 120 mètres de haut, surplombée par six grues. Celles-ci, dirigées par un logiciel de prévision de la production et de la consommation énergétique opérant de manière autonome, profiteront des moments de surproduction de puissance pour élever des blocs de matières composites de 35 tonnes. Emmagasinant ainsi de l’énergie qui pourra être mobilisée, avec un bon rendement, lors de la redescente des blocs. De quoi délivrer 4 MW en décharge continue durant 8 heures affirme Energy Vault, qui devait présenter un premier prototype de 35 MWh en Italie fin 2019.

Ce n’est pas la première fois que l’idée de jouer aux Lego avec du béton pour stocker de l’énergie convainc. En août 2019, moins d'un an avant l'éclosion de la start-up l'année précédente, le fonds d'investissement de SoftBank annonçait avoir conclu un tour de table de 110 millions de dollars pour financer les rêves de béton de la jeune pousse.

Matériaux renouvelables

Pour être le chaînon manquant d’un monde 100% renouvelables, Energy Vault se préoccupe aussi de son impact environnemental. Pour rassurer quant à son empreinte carbone, la start-up utilise d'ailleurs des matériaux composite de récupération où à faible impact carbone, pour produire ses blocs de béton. Reste à savoir si cela suffira à convaincre les détracteurs du brutalisme de l'intérêt de ces piles de bétons. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte