[L'industrie c'est fou] Ce club veut transformer la chaleur des danseurs en énergie

Une boîte de nuit de Glasgow va bientôt tenter de récupérer la chaleur qui émane du corps des fêtards grâce à des trous de forage de près de 200 mètres de profondeur. Un procédé qui pourrait lui permettre d'économiser chaque année 70 tonnes de CO2.

Partager
[L'industrie c'est fou] Ce club veut transformer la chaleur des danseurs en énergie
Une boîte de nuit de Glasgow veut réduire son empreinte carbone en utilisant la chaleur qui émane du corps des danseurs.

Après avoir rongé leur frein pendant plus d'un an devant les portes closes des discothèques, les clubbeurs sont ravis de pouvoir à nouveau se trémousser sur la piste, malgré des températures parfois dignes d'un four en plein milieu du Sahara. Cette chaleur que dégagent les danseurs un peu trop investis dès que résonne leur titre favori, une boîte de nuit de Glasgow (Ecosse) a prévu de la mettre à profit, en la transformant en énergie.

Pour atteindre son objectif, l'équipe du SWG3 est en train d'installer sous la piste de danse, 17 trous de forage de 150 à 200 mètres. Un système de stockage baptisé Bodyheat devrait permettre de conserver la chaleur, puis de la réutiliser pour chauffer le bâtiment, par exemple lorsqu'il accueille des expositions d'artistes. Les détails concrets du processus ne sont pas communiqués, mais le club estime pouvoir ainsi économiser 70 tonnes de CO2 chaque année, à raison de 100 watts générés par corps.

En pleine COP26

« Grâce à Bodyheat, nous contribuons à résoudre un problème mondial de manière innovante et nous réduisons considérablement notre consommation d’énergie, ce qui nous rapprochera de notre objectif de devenir un lieu neutre en carbone dans un avenir pas si lointain », explique Andrew Fleming Brown, directeur du SWG3, sur le site internet de la discothèque.

Le système sera inauguré le 7 novembre, au cours d'une soirée animée par la DJ américaine Honey Dijon. Cette initiative tombe à pic, puisque la COP26 se tiendra justement à Glasgow, du 1er au 12 novembre. Une manière de montrer que tous les secteurs doivent rapidement effectuer leur transition énergétique s'ils veulent faire partie du fameux monde d'après. D'autant que le monde de la nuit, et celui de la musique, sont parfois pointés du doigt pour leur impact environnemental. Selon The Shift Project, un festival de l'ampleur des Vieilles Charrues émettrait environ 14 000 tonnes de CO2.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingenieur-e Mécanique

Safran - 23/11/2022 - CDI - Poitiers

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

67 - Seltz

Construction d'un bâtiment d'accueil au camping Salmengrund Seltz

DATE DE REPONSE 09/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS