Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[L'industrie c'est fou] Avec Airlab, l'impression 3D dans le bâtiment devient sexy

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Images Le laboratoire singapourien Airlab a présenté le 13 septembre sa propre version de la maison imprimée en 3D. Plus design que les modèles des générations précédentes.

[L'industrie c'est fou] Avec Airlab, l'impression 3D dans le bâtiment devient sexy
Le pavillon Airmesh est composé de 200 perches et de 54 “noeuds” imprimés en 3D.
© Airlab

Malgré la prouesse technologique, les maisons en 3D ont tendance à ressembler à des pâtés. Souvent, elles consistent en plusieurs couches de béton empilées les unes sur les autres. L’impression 3D permet néanmoins d’autres applications dans la construction. Le 13 septembre, un laboratoire singapourien a inauguré un pavillon innovant en la matière.

“Une démonstration de physique, de design et d’impression 3D"

Baptisé Airmesh, le pavillon a été construit par le Airlab (pour Architectural Intelligence Research Lab) de la Singapore University of Technology and Design (SUTD). Leur structure ne ressemble pas aux autres bâtiments réalisés à l’aide de la fabrication additive. Comme une pyramide de cordes sur les aires de jeux, il est composé de perches reliées par des points nodaux en métal et imprimés en 3D. Cette méthode permet d’élever des structures légères, stables et résistantes.

“L’épaisseur de chaque pièce individuelle correspond aussi à la quantité de charge qu’elle doit supporter et c’est bien plus qu’une installation artistique, indique sur son site l’Airlab. C’est une démonstration de physique, de design et d’impression 3D réunis en un.”

Une structure de 700 kilos

Le pavillon Airmesh est composé de 200 perches et de 54 “noeuds” imprimés en 3D. La structure finale pèse 700 kilos et pourrait supporter jusqu’à 11 tonnes. L’assemblage a duré deux jours avec une équipe de cinq personnes.

Ici, les espaces entre les perches ont été comblés de filets blancs pour sculpter la structure du pavillon. L’installation est située dans le parc Gardens by the Bay de Singapour et devrait rester ouverte trois ans.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle