Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

[L'industrie c’est fou] Allons boire du rouge sur la planète rouge

Sybille Aoudjhane , , , ,

Publié le

Terre de vin depuis toujours, la Géorgie aurait pour projet d'exporter son savoir-faire au delà des frontières terrestres. Le pays caucasien entre la Turquie et la Russie étudie la possibilité d'envoyer des vignes sur Mars.  

[L'industrie c’est fou] Allons boire du rouge sur la planète rouge © CC Pxhere

Envoi de robots, études de terrain et prévision d’exploration humaine... la planète rouge attire de nombreux chercheurs et explorateurs. Mais une fois les premiers hommes arrivés sur Mars, il faudrait pouvoir célébrer leur succès en bonne et due forme.

La Géorgie n’a pas perdu le nord. Selon le Washington Post, le pays serait en train de travailler sur des vignes capables de pousser sur Mars. "C’est l’idée derrière le projet IX Millennium, qui vise à développer des vignes adaptées à la planète rouge", indique le média.

C’est aussi un moyen pour le pays de promouvoir une de ses anciennes traditions. Le pays cultive des vignes depuis des milliers d’années et se revendique comme la terre d’origine du vin. "Si nous allons un jour vivre sur Mars, la Géorgie doit apporter sa contribution. Nos ancêtres ont apporté du vin sur Terre donc nous pouvons faire la même chose sur Mars", a déclaré Nikoloz Doborjginidze, fondateur de l’Agence de recherche spatiale de Géorgie et conseiller auprès du ministère de l’Education et des Sciences, qui participe au projet.

Simulation d'un territoire martien 

Depuis le début de l’année, l’équipe du projet travaille sur une "ferme verticale", pour analyser quel raisin pousse mieux sur un terrain avec peu d’espace et peu d’intervention humaine. Selon le Washington Post, l'Université technologique de Tbilissi (BTU) prévoit de tester divers sols avant de simuler un laboratoire dans un environnement martien, avec des températures inférieures à zéro, des niveaux élevés de monoxyde de carbone et une pression atmosphérique équivalente à 20 000 pieds d’altitude sur Terre. Les résultats des études sont prévus pour 2022. On attend maintenant la réponse technologique des terroirs français !

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle