Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Europe manque de coordination sur l'intelligence artificielle, selon Roland Berger

,

Publié le

Infographie Une étude menée par Roland Berger pour France Digitale cartographie l'écosystème européen en intelligence artificielle. Quatre pays mènent la danse, suivis par douze autres se concentrant sur les mêmes technologies et secteurs. Un écueil pour Roland Berger, qui recommande des spécialisations régionales.

L'Europe manque de coordination sur l'intelligence artificielle, selon Roland Berger
Le cabinet Roland Berger a réalisé pour France Digitale une cartographie de l'écosystème européen de l'IA.

Connaître ses forces pour mieux les développer. Crucial dans la course mondiale qui s'est engagée autour de l'intelligence artificielle (IA). Roland Berger a mené pour France Digitale une cartographie de l'écosystème européen en IA. L'étude sera présentée lors de l'événement FranceisAI qui se tient les 17 et 18 octobre à Paris.

Trois indicateurs ont été retenus : le nombre de start-up, le nombre de laboratoires de recherche (publics et privés) et le nombre de communautés (réseaux, meetup et événements).

L'étude recense ainsi dans toute l'Europe quelque 2261 start-ups, 383 laboratoires et 3801 communautés. Les décompositions par pays sont présentées ci-dessous avec, en abscisse, le volume de l'indicateur et, en ordonnée, le volume rapporté à la population.

Le premier enseignement de l'étude est de révéler un premier groupe de leaders constitué de 4 pays. Sans surprise le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne, mais aussi l'Espagne, bien qu'en retrait. Vient ensuite un groupe d'"étoiles montantes"  composé de 12 pays, principalement les pays baltes et nordiques. Les 14 pays restant étant qualifiés de "suiveurs".

Les 4 leaders concentrent 60% de l'écosystème, dont 67% des start-up, 50% des laboratoires et 57% des communautés. La France se distingue par son nombre record de laboratoires – 82, soit 21% du total européen – et dépasse tout juste l'Allemagne dans la quantité de start-ups (308, soit 14%) tout en restant largement derrière le Royaume-Uni et ses 774 start-up (34% du total).

Les étoiles montantes (20%, 24% et 23% respectivement) sont caractérisées par un écosystème dense et des financements privés de la recherche comparativement plus importants. En revanche, tout comme les suiveurs, ces pays travaillent sur les mêmes thématiques que les leaders.

Les applications transverses représentent ainsi dans les trois groupes à peu près 36% des secteurs d'applications, suivies par la tech (15%), les médias et la culture (10%), les services financiers (9%) et la santé (9%). Roland berger voit dans cette homogénéité un frein au développement d'un "écosystème européen parlant d'une même voix".

Et l'étude de préconiser : "Les pays devraient plutôt envisager de se spécialiser en fonction de leurs compétences et de leurs préférences en matière d'IA et former des groupements régionaux qui en tiennent compte. Cela permettrait d'accroître la diversification et d'améliorer l'expertise, donnant ainsi à l'écosystème européen de l'IA la force dont il a besoin pour être compétitif sur la scène mondiale."

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle