Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L’Etat montera au capital d’Alstom "en temps voulu", explique Emmanuel Macron

Solène Davesne , , , ,

Publié le

Alors que le ministre de l’Economie et de l’Industrie a avalisé ce 5 novembre au matin la vente des activités énergie d’Alstom à l’américain GE, Emmanuel Macron ne veut pas avancer de date sur le calendrier du rachat prévu par l’Etat des 20% du capital d’Alstom.

L’Etat montera au capital d’Alstom en temps voulu, explique Emmanuel Macron © Pascal Guittet

"La vie des affaires ne se commente, ni ne s’annonce", lance, malicieux, Emmanuel Macron. Alors que le ministre de l’Economie a validé le 5 novembre la vente des activités énergie d’Alstom au conglomérat américain General Electric, l’Etat dispose désormais d’une option pour monter à hauteur de 20% du capital du nouvel ensemble.

"cela relève de la vie des affaires"

L’Etat dispose de 20 mois pour exercer son option en achetant des actions sur le marché ou auprès de Bouygues. Mais le ministre n’entend pas dévoiler son jeu et avancer un calendrier précis. "Nous avons cette capacité, cette faculté dans la main, et elle sera exercée si besoin, en temps voulu et dans les conditions voulues", a résumé le ministre de l’Economie lors des Assises de l’industrie organisées par l’Usine Nouvelle, estimant que "cela relève de la vie des affaires".

Le locataire de Bercy, qui était secrétaire général adjoint à l’Elysée au printemps lors des négociations intenses entre l’Etat et General Electric estime toutefois que l’intervention de l’Etat a "été productive" et a permis "d’améliorer largement la copie".

"les bons mariages industriels sont rarement forcés"

Revenant sur l’hypothèse – un temps envisagé par l’ancien ministre Arnaud Montebourg – d’un rapprochement avec l’allemand Siemens, Emmanuel Macron a ironisé, estimant que "les bons mariages industriels sont rarement des mariages forcés". "Malheureusement pour cette aventure européenne qui aurait pu voir le jour, elle n’était pas au cœur de la volonté d’une partie des décideurs industriels qui avaient la main, et était plus compliquée à exécuter", a-t-il rappelé.

Solène Davesne

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle